BiblioMonde

À la guerre comme à la guerre !

par Aleksandar Gatalica

( Livre )
Belfond
Collection Romans étrangers
Langue d'origine : serbe
Traduit par Arthur et Harita Wybrands
2014, 540 p., 22.5 euros

ISBN : 978-2714457905

Une fresque historique romanesque de la Première Guerre mondiale dans les Balkans, à la fois drôle et sombre, une folle prouesse littéraire, mêlant les voix de quatre-vingts personnages, réels ou fictifs : un roman total qui dévoile la Grande Guerre comme on ne l'avait encore jamais lue.

« Il y aura une guerre, une grande guerre... » Quelques mots, prophétiques, prononcés par un mort : l'archiduc François-Ferdinand lui-même.

Des rues de Paris où Cocteau se gave de pâté par peur d'être réformé, aux marchés d'Istanbul où le vieux Mehmed Yildiz voit ses trois apprentis bien-aimés partir au front, la mobilisation est lancée.

Depuis les profondeurs de l'Atlantique où des monstres terrifiants accompagnent un sous-marin jusqu'aux cieux méditerranéens où vole un peintre raté qui s'est juré de tuer Picasso, la folie meurtrière gagne les esprits.

Sur la scène d'un opéra en Allemagne, dans le palais du tsar, dans les cabarets londoniens, dans les villages arméniens, dans les tranchées de Verdun, la guerre s'insinue, partout.

Cinq années de guerre dans l'Europe tout entière, l'agonie d'une Belle Époque et l'avènement d'un monde nouveau, marqué par un doute : que l'humanité, désormais, ne soit plus capable que du pire.

« Tout commence, bien sûr, à Sarajevo, quand on transporte à la morgue du docteur Graho deux « corps importants », ceux de l'archiduc François-Joseph et de son épouse. On est aussitôt propulsé au Deutsche Oper à Berlin, au Dôme à Paris, dans le palais du tsar, dans un bouge londonien, ou sur les marchés d'Istanbul. On retrouvera ensuite Verdun et un village arménien écrasé par les Turcs. On partage cinq ans de la vie et de la mort de 78 personnages illustres ou fictifs, Apollinaire, Trotsky, Mata Hari, l'inventeur du gaz moutarde Fritz Haber, un peintre qui s'est juré de tuer Picasso... C'est fou, fabuleux, impressionnant. » (Yves Viollier, La Vie, avril 2015)

 
© BiblioMonde.com