BiblioMonde

Géopolitique de l'Afrique du sud

par François Lafargue

( Livre )
Complexe
Collection Géopolitique des États du monde
2005, 144 p., 14.5 euros

ISBN : 2870278969

Depuis une décennie, l’Afrique du sud connaît une véritable métamorphose politique. L’abrogation des lois de la ségrégation, la libération de Nelson Mandela en février 1991, puis l’organisation du premier scrutin multiracial ont marqué la décennie écoulée. Et l’élection de Thabo Mbeki au printemps 1999 a parachevé ce processus institutionnel.

Cette Géopolitique de l’Afrique du sud rassemble et place en perspective les éléments permettant de saisir les différentes facettes de ce pays.
Puissance tous azimuts, l’Afrique du sud constitue en premier lieu, sur le plan économique comme militaire, le pilier du continent noir. Mais la place géostratégique de l’Afrique du sud, comme le rôle des conglomérats tels l’Anglo-american et Goldco confèrent à ce pays une place également de premier plan sur la scène internationale (1er chapitre).

Le 2e chapitre, L’Invention d’une nation, retrace les soubresauts historiques du pays, car seul cet héritage permet de comprendre l’actuelle situation politique.

Toutefois l’Afrique du sud contemporaine reste marquée par des distorsions sociales, par des clivages idéologiques et religieux particulièrement prononcés, lui permettant ainsi de se qualifier comme étant Le Monde dans un seul pays (3e chapitre).

Aujourd’hui le mécanisme institutionnel enclenché voici dix ans permet à l’Afrique du sud d’apparaître désormais comme un laboratoire, véritable modèle pour le continent noir. Mais les revendications sociales, le souvenir des années d’apartheid, les secousses économiques rendent ce processus particulièrement périlleux (4e chapitre).

Le dernier chapitre de cet ouvrage met en relief, la politique étrangère sud-africaine menée depuis près d’un demi-siècle et en particulier la nouvelle place régionale de l’Afrique du Sud depuis l’abrogation de l’apartheid.

L’Afrique du sud demeure un sujet éminemment géopolitique, un territoire où la géographie est utilisée à des fins politiques et militaire. L’apartheid ne peut se résumer à une sinistre discrimination en fonction de la couleur de la peau. Il a consisté en un ambitieux projet géopolitique : rassembler les peuples noirs sur des fragments de territoires dénommés bantoustans, puis leur accorder une indépendance formelle. Le but était de partager le territoire pour ne pas partager le pouvoir. Aujourd’hui encore, la délimitation des provinces du pays comme des circonscriptions électorales suscitent de vifs débats.

Les premières années de la présidence Mandela puis de son successeur Thabo Mbeki n’ont guère répondu aux aspirations sociales, exprimées lors du scrutin d’avril 1994. Cependant, le scepticisme ambiant ne doit pas occulter cette évolution historique fondamentale.

Voici une décennie nul ne se hasardait à prédire une évolution sans séismes, de l’Afrique du sud. Pourtant le démantèlement de l’apartheid a été mené de manière concertée. Malgré les séquelles du passé, tous les Sud-africains, qu’ils soient Zoulous, Xhosa, Tswana, Afrikaners ou encore métis, savent que la Nouvelle Afrique du sud ne pourra se construire qu’ensemble, pour que « la nation arc-en-ciel » ne soit pas qu’un rêve momentané.

Sur la Toile

Une interview de l'auteur sur la Radio suisse romande


Dans BiblioMonde

Mythologies territoriales en Afrique du Sud par Myriam Houssay-Holzschuch

La nouvelle Afrique du Sud (Hérodote N°82/83 )

L'Afrique du Sud, puissance utile ?

L'Afrique du Sud et les États voisinspar Philippe Gervais-Lambony

Notre dossier sur l'Afrique du Sud

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.



 
© BiblioMonde.com