BiblioMonde

Fernando Pessoa, le voyageur immobile

par Robert Bréchon

( Livre )
Aden
2002, 21 euros

ISBN : 2848400552

« Imaginons que, dans les années, 1910-1920, Valéry, Cocteau, Cendrars, Apollinaire et Larbaud aient été un seul et même homme, caché sous plusieurs "masques" : on aura une idée de l'aventure vécue à la même époque au Portugal par celui qui a écrit à lui tout seul les œuvres d'au moins cinq écrivains de génie, aussi différents à première vue les uns des autres que les poètes français que j'ai cités. » (Robert Bréchon)

En 1935, à l'âge de quarante-sept ans, meurt à Lisbonne celui que l'on considère aujourd'hui comme l'un des plus grands écrivains européens du XXe siècle.

Fernando Pessoa fut un homme déchiré par les contradictions, le doute, l'incapacité à se réaliser, à devenir un adulte responsable. Il n'a trouvé de solutions à ses difficultés que par la création hétéronymique, c'est-à-dire par l'invention d'un autre moi pluriel, qui réussira par la mage de l'écriture poétique à donner une "vraie vie" fictive à ses idées, ses pulsions, ses visions du monde. Après une enfance passée à Durban en Afrique du Sud, il est revenu vivre à Lisbonne où il était né en 1888 et qu'il n'a plus jamais quittée.

Pendant toute sa vie, il n'a cessé de voyager en esprit, clans l'espace et dans le temps, dans le monde des sensations et des pensées. tantôt païen, tantôt mystique, stoïcien et épicurien, tragique et farceur, le plus modeste et le plus orgueilleux des hommes. Et c'est à travers, ou par-delà, ses interrogations et ses souffrances que Pessoa va créer l'une des plus belles œuvres de la littérature mondiale.

« Comme quelques autres "pessoiens", il a découvert au fur et à mesure ce mort-vivant des lettres, dont la malle regorgeait d'existences - et de manuscrits - inviolés : écrivain-gigogne, cachant d'autres écrivains, et qui semble renaître tel un phénix de ses encres : Borges n'aurait pas inventé mieux et on appréciera, outre sa précision, l'inévitable modestie de Bréchon suivant son furet de Lisbonne à Durban, où ses deux premières années d'enfance demeurent assez mystérieuses, puis de Durban à Lisbonne, d'où il ne bougea plus - sinon en textes. Egalement amoureux de Michaux, avec qui il s'entretint Bréchon établit des ponts entre ces deux radicaux qui se cherchent et s'effacent texte après texte. » (extrait d'un article de Philippe Lançon, Libération, 6 mai 2004)

Dans BiblioMonde

Vies de Fernando Pessoa



____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.


 
© BiblioMonde.com