BiblioMonde

Aux marches du palais

par Emmanuel Ethis (direction de l'ouvrage)

( Livre )
Documentation française
2001, 260 p., 18 euros

Collection : Questions de culture - ISBN : 2110048328

Le festival de cannes sous le regard de sciences sociales

Parce qu'il est, depuis plus de cinquante ans, l'une des plus importantes manifestations médiatiques annuelles, le Festival International du Film de Cannes n'a eu de cesse de véhiculer bon nombre de représentations du monde du cinéma. On y attache à la fois le clinquant des paillettes, des enjeux puissants pour les cinémas d'auteur et commercial, des stars sur tapis rouges, des joies et parfois aussi des déceptions. En ce sens, c'est l'un des moments les plus forts de l'année cinématographique, observé avec attention par tous les passionnés du septième art, mais aussi l'un des derniers grands rites culturels de nos sociétés contemporaines ; cet ouvrage se propose d'en observer et d'en comprendre le sens profond en confontant la réalité du Festival à ses représentations.

S'appuyant sur une enquête de terrain, le point de vue que nous avons adopté ici est très proche des spectateurs cinéphiles qui viennent à Cannes vivre leur passion; c'est à leur côté que nous nous sommes proposé de vivre la "grand-messe" du cinéma mondial, tout en découvrant peu à peu la force intime de ce qui constitue leur personnalité de spectateur.

« Autour du festival de Cannes se tisse un labyrinthe de protocoles et de privilèges, structuré par des barrières et des chicanes, des insignes et des accréditations. Seul le savoir-faire stratégique des festivaliers leur permet d’affronter un Palais construit et organisé pour inciter à la fois à voir et à empêcher de voir. Constitution d’un ordre, aménagement d’un espace : le festival engendre aussi la gestion d’un temps spécifique, d’une forte densité, qui produit, chez ceux qui le partagent, sa propre sociabilité. Souvent spécialisés dans les recherches sur la communication, les auteurs du livre se penchent davantage sur l’image médiatique du festival que sur sa réalité concrète. Ils sont spécialement sensibles à l’effet dégradant que peut exercer la télévision, massivement présente, et qui tend à désacraliser un cinéma que le festival a justement pour fonction de célébrer. Le malaise déclenché par cette alliée assassine qui promeut et dégrade dans le même mouvement, hante en effet les abords d’un Palais assiégé par des caméras qui ne sont pas de cinéma et se trouve ici finement analysé.

Une autre contradiction retient l’attention des chercheurs. Elle concerne la double vocation d’une manifestation à la fois exposition d’art et marché du film. Il est certain que la gestion de cette ambivalence complique le travail des responsables du festival, mais peut-être moins que les experts ne le détectent. C’est qu’ils considèrent le festival de Cannes comme une chose en soi, conceptuellement détachée des films et du cinéma. Or le festival n’est qu’un moment, un instrument, un épiphénomène du cinéma… » (extrait d'un article de Pierre Billard, Bibliothéque du film Bifi)

Dans BiblioMonde

Sociologie du cinéma et de ses publics

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com