BiblioMonde

Archéologie française en Perse et les antiquités nationales (1884-1914)

par Nader Nasiri-Moghaddam

( Livre )
Connaissances et Savoirs
2004, 434 p., 25 euros

ISBN : 275390006X

Au cours du dernier quart du XIXe siècle, dans une ambiance de rivalité entre les grands musées occidentaux qui se passionnaient pour l'acquisition des antiquités de Perse, la France l'emporta sur tous ses concurrents. Elle signa plusieurs conventions archéologiques avec le gouvernement persan qui lui accordaient ainsi : l'autorisation d'entreprendre des fouilles à Suse (1884), le privilège exclusif de pratiquer des fouilles dans toute la Perse (1895), et enfin, un monopole perpétuel lui donnant la propriété des découvertes de Suse (1900). Les activités archéologiques françaises en Perse débutèrent donc en 1884 et, malgré l'abolition du monopole en 1927, s'y maintinrent presque un siècle durant.

La présente étude s'attache à examiner l'histoire des missions archéologiques françaises en Perse en parallèle avec le marché de l'art et les organisations archéologiques de ce pays durant la période 1884-1914. Tout en présentant les découvertes des missions Dieulafoy, de Morgan, de Mecquenem, Fossey, etc., ce travail s'intéresse aux conséquences des intérêts archéologiques français sur les fouilles pratiquées par les Iraniens, ainsi que sur les efforts législatifs et administratifs du gouvernement persan pour protéger les antiquités nationales. En analysant le contenu des conventions archéologiques franco-persanes, cette étude met en lumière la façon dont les termes de ces conventions ont été respectés par les deux parties. Ce travail s'interroge aussi sur la conscience que Cour de Perse avait de l'importance des antiquités du pays, et sur les motifs pour lesquels elle a accordé de tels privilèges archéologiques à la France.

L'impact de la Révolution constitutionaliste de 1906 sur le monopole archéologique français et sur le marché de l'art persan est analysé en détail, de même que la réaction russo-britannique face à l'octroi de ces privilèges archéologiques, alors que la Perse de l'époque se trouve dans la zone d'influence de ces deux puissances.

Cet ouvrage est tiré de la thèse de l’auteur soutenue en mars 2002 à l’université de la Sorbonne nouvelle–Paris III sous la direction deYann Richard.

Dans BiblioMonde

Iran : 2500 ans d'art perse

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com