BiblioMonde

  Mauritanie
La population


-Visiter le pays
-S'informer sur le pays

-Le nom du pays
-Situation
-Le territoire
-Les litiges territoriaux
-Les frontières
-La population
-Les langues
-Chronologie
-Religions
-L'État et la religion
-Villes et régions
-Le régime politique
-Le président
-Le paysage politique
-L'armée
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes

La population de la Mauritanie : 3,2 millions d'hab. Densité : 3,2 hab/km2, l’une des plus faibles du monde.

L’espérance de vie moyenne est de 53,5 ans.

La population mauritanienne se divise en deux groupes :

- Les populations de langue et culture maure (70 % de la population), divisées entre les Maures blancs (les Beïdanes, 30 %), descendants des conquérants arabo-berbères (XVe siècle) et les Maures noirs (les Harratines, 40 %), descendants d’esclaves, plus ou moins métissés.

Si l’esclavage a été aboli par la Constitution de 1961 et par une ordonnance de 1981, et les Haratines intégrés au système culturel arabo-berbère, des pratiques esclavagistes continuent d’être employées à leur encontre.

- les négro-africains (30 % de la population) qui sont par ordre d’importance, les Halpoulaars : Toucouleurs (16,5 %) et Peuls (4,8 %), les Soninkés (ou Sarakolés, 8,7 %), les Wolofs, les Bambaras, agriculteurs et pasteurs qui vivent dans la région du fleuve Sénégal.

Les Noirs sont les habitants les plus anciens du pays. Ils ont souvent le sentiment d'être des citoyens de secondes zones, face à une communauté maure et en particulier beïdane, qui tient les rênes du pouvoir. D'où les violences inter-ethniques récurrentes qui ont pris un tour particulièrement violent en 1989 et en 1991.

Les métissages ayant été constants à travers l’histoire, les rapports communautaires s’expriment surtout à travers les clivages culturels et sociaux, et l’opposition entre Maures, majoritaires dans l’appareil d’État et socialement dominants, et Noirs, en quête de pouvoir.

Plusieurs dizaines de Mauritaniens négro-africains ont été expulsés de leur pays vers le Sénégal et d’autres se sont réfugiés au Mali à partir d’avril 1989, suite à des affrontements ethniques ayant fait plusieurs victimes de part et d’autre du fleuve Sénégal.



 
© BiblioMonde.com