BiblioMonde

  Islande
L'immigration


-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Étudier le pays
-S'informer sur le pays
-Apprendre la langue

-Le nom du pays
-Le territoire
-La population
-L'immigration
-Les langues
-Données historiques
-Religions
-Le type d'État
-Le régime politique
-Le président
-Le gouvernement
-Les partis politiques
-L'armée
-Défense et sécurité
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-Le commerce extérieur
-La politique européenne
-Les relations extérieures
-La diaspora
-Les médias
-Données culturelles
-Le tourisme
-La francophonie locale
-Données écologiques
-Informations particulières

C'est un phénomène nouveau dans ce pays très homogène peuplé presqu'en une seule vague, au IXe siècle. Islande a été longtemps un pays d'émigration. L'apport de populations extérieures est un phénomène récent qui nécessite une évolution des mentalités.

L’Islande a par ailleurs accueilli en janvier 2000 son premier réfugié politique : un Congolais de RDC. Les mentalités évoluent peu à peu. Le temps est loin où le gouvernement islandais demandait aux Américains le rapatriement aux États-Unis des soldats noirs de la base militaire de Keflavik. Au printemps 2002, l'île a vu arriver ses premiers demandeurs d'asile roumains et albanais.

Une nouvelle loi adoptée par le Parlement au printemps 2002, accorde aux étrangers établis en Islande des facilités dans les procédures d'obtention des autorisations de travail, ainsi que des assurances sociales. De 2002 à 2005, les arrivées se sont multipliées (plusieurs centaines) principalement en provenance de pays de l'Europe centrale et orientale (Roumanie, Pologne, et Russie, etc.) et de Chine (main d'œuvre bon marché).

« Après des résultats contrastés de 2001 à 2003, l'immigration nette se situe en 2004 à 1,5 pour mille.
En 2004, 1 526 étrangers quittèrent l'Islande ainsi que 3 238 Islandais (principalement vers les pays Nordiques, le Royaume-Uni et les Etats-Unis). 2 783 nationaux revinrent de l'étranger en Islande et 2 416 étrangers s'y installèrent (Portugais : 520; Polonais : 233; Italiens : 164; Danois : 154. » (extrait du Bulletin de Jacques Mer, janvier 2005)

Le nombre d'étrangers a crû sensiblement au cours des récentes décennies. Leur proportion dans la population avoisinerait 3,5 % en 2005. Ce chiffre est à mettre en regard avec les ratios observés dans les autres pays nordiques (même si les définitions et les bases de calcul ne sont pas exactement identiques). En Suède, on trouve 5,3 % et au Danemark 4,9 % , soit des pourcentages plus élevés.

« Selon Hagstofa (Bureau des statistiques) il y avait en Islande au 1er janvier 2016 31812 immigrés (entendus comme personnes nées à l’étranger de parents étrangers. Voir http://www.statice.is/publications/…) soit 9.6 % de la population, à comparer à 8.2 % au 1er janvier 2015. La deuxième génération (personnes nées en Islande de parents immigrés) a elle aussi progressé, de 3846 à 4158. Ensemble ils représentent 10.38 % de la population, taux jamais atteint auparavant. Par ailleurs les personnes dont l’un des parents est d’origine étrangère, ou nées à l’étranger, représentaient 6.7 % de la population.
Les Polonais sont de loin les plus nombreux : 11938 personnes, soit 37.7 % des immigrés, viennent ensuite les Lituaniens (5.1 %) et les Philippins (4.8 %). Il y a aussi 217 Françaises et 243 Français. Autre information intéressante : il y a eu 801 personnes naturalisées en 2015 et 595 en 2014. » (extrait du Courrier d'Islande, novembre 2016)

L’Islande est rentrée dans l’espace de Schengen en mars 2001, comme ses voisins nordiques.

 
© BiblioMonde.com