BiblioMonde

  Islande
L'armée


-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Étudier le pays
-S'informer sur le pays
-Apprendre la langue

-Le nom du pays
-Le territoire
-La population
-L'immigration
-Les langues
-Données historiques
-Religions
-Le type d'État
-Le régime politique
-Le président
-Le gouvernement
-Les partis politiques
-L'armée
-Défense et sécurité
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-Le commerce extérieur
-La politique européenne
-Les relations extérieures
-La diaspora
-Les médias
-Données culturelles
-Le tourisme
-La francophonie locale
-Données écologiques
-Informations particulières

L’Islande n’a pas d’armée, elle dispose seulement de quelque 200 garde-côtes et de deux vedettes pour surveiller ses eaux territoriales. Ce dispositif léger lui a suffi pour mener et remporter plusieurs « guerres de la morue » contre des chalutiers étrangers, en particulier anglais. Au plus fort du conflit, l’un d’eux fut même envoyé par le fond (c’était en 1973).


Neutre depuis 1918, et dépourvue d’armée véritable, l’Islande appartient tout de même à l’OTAN où elle entend jouer un rôle (elle participe à son état-major depuis 1986). La défense de l’île est assurée par l’armée américaine et les 2 800 hommes de la base de Keflavik mise en place en 1941.

En dépit de l'appui de l'Islande à la guerre des États-Unis contre l'Irak (début 2003), Washington envisage de réduire de façon très nette sa présence militaire en Islande. Cette décision ne manquera pas de réjouir le courant pacifiste de l'opinion, mais en même temps de mettre en difficulté l'économie islandaise compte tenu du nombre de personnes dépendant directement ou indirectement de la base de Keflavik.

« Le 15 mars 2006, le gouvernement américain a officiellement fait part au gouvernement islandais de son intention de réduire considérablement ses activités à la base de Keflavik à partir de la fin de septembre. Prenant acte du fait que, depuis l’effondrement du bloc « soviétique », l’Île et sa base n’avaient plus, pour lui, la même valeur stratégique, il a décidé de retirer les avions de chasse F 15 qui y étaient affectés, ainsi que les hélicoptères de sauvetage. Cette annonce unilatérale survient alors que les négociations pour le renouvellement de l’accord bilatéral de défense de 1951 -un moment suspendues- avaient repris en février, et que les Islandais avaient insisté pour le maintien à la base des moyens de défense aérienne. » (Jacques Mer, avril 2006)

Dans BiblioMonde

La politique de défense et de sécurité de l'Islande de 1996 à 2005 par Jacques Mer

Une vedette de gardes-côtes.

La défense civile nationale (isl.-angl.) : avec notamment de nombreux conseils à suivre en cas de catastrophe naturelle.

Aviation militaire américaine de la base de Keflavik (angl.) : un site riche en photos pour les amateurs d’avions de guerre (notamment une série d’avion français présent à Keflavik dans les années 1950).


 
© BiblioMonde.com