BiblioMonde

  Albanie
La vie politique


-Adriatique
-Balkans

-S'informer sur le pays

-Le nom du pays
-Le territoire
-La population
-Les langues
-Chronologie
-Religions
-Villes et régions
-Le régime politique
-La vie politique
-Le président
-Le chef du gouvernement
-Le paysage politique
-La politique européenne
-La diaspora

À la suite de la mort, en avril 1985, d’Enver Hoxha (le dictaeur communiste au pouvoir depuis 1946), Ramiz Alia prend la direction du Parti communiste (Parti albanais du travail). Ce n’est qu’après la chute de Nicolae Ceausescu en Roumanie (décembre 1989), les manifestations des étudiants de Tirana, et sous les pressions internationales que les autorités albanaises autorisent le multipartisme le 11 décembre 1990.

Les premières élections législatives libres pluralistes ont eu lieu en 1991 ; elles ont conduit Fatos Nano à la tête du gouvernement.

Ramiz Alia démissionne en avril 1992 et Sali Berisha devient le premier président albanais non communiste depuis la Seconde Guerre mondiale. Un gouvernement de coalition est formé et Aleksander Meksi est nommé Premier ministre.

Le Parti démocratique albanais (PDA), fondé par Sali Berisha, a remporté les élections de mars 1992. Il a gouverné seul de 1994 à l’insurrection qui a secoué le pays au début de l’année 1997.

Ces événements ont entraîné la formation d’un gouvernement de réconciliation nationale et la tenue d’élections législatives anticipées, remportées en juin 1997 par le Parti socialiste albanais (PSA). Le PSA est sorti également vainqueur des élections législatives de juin 2001. Fatos Nano a dirigé le gouvernement de 1997 à 1998 et de 2002 à 2005.

En 2005, la victoire du PDA aux élections législatives a permis le retour sur le devant de la scène politique albanaise de Sali Berisha, nommé Premier ministre. Il est demeuré en place jusqu'en juin 2013, notamment, à la faveur de résultats électoraux truqués.

En juin 2013, la victoire du Parti socialiste se transforme en raz-de-marée. L'Albanie a basculé à gauche. Edi Rama (PS) devient premier ministre.

Edi Rama (PS), le vainqueur des législatives de juin 2013

 
© BiblioMonde.com