BiblioMonde

La Vie quotidienne

Aujourd'hui dirigée par Isabelle Séguin, c'est l'une des collections historiques des éditions Hachette. Elle a été lancée en 1938 par Maurice Labouret avec pour premier volume la Vie quotidienne au temps de Saint Louis d'Edmond Faral. Depuis, son succés a été tel que certains titres ont été traduits en une vingtaine de langues.

1938, « l'année parle d'elle-même : on se trouve au seuil du grand cataclysme européen et, tandis que fascisme et communisme ont en permanence le mot de "masse" à la bouche, les historiens savent que l'événement ne s'écrira plus selon l'usage. Ils le savent en réalité depuis que Marc Bloch a lancé l'école des Annales : dix ans plus tard, La Vie quotidienne prend acte de cette nouvelle direction : le goût traditionnel pour les "vies" (ô Plutarque !) s'y trouve respecté, mais ressaisi dans le contexte de la société. C'est un peu comme si l'on faisait d'une pierre deux coups. Toujours la notion de destin, mais liée à un décor, à un milieu culturel. Témoin magistral de cette malicieuse synthèse, la fameuse Vie quotidienne à Rome à l'apogée de l'empire, de Jérôme Carcopino. Ce dernier professait alors à la Sorbonne et dirigeait l'École française de Rome. Il deviendra bientôt le ministre de l'Instruction publique du régime de Vichy : pour la mémoire, il demeure l'écrivain d'un volume de la collection qui a dépassé depuis longtemps le cap Horn des 300 000 exemplaires. Par l'écriture et une érudition maîtrisée, Carcopino se faisait le conteur d'un passé prestigieux : la Rome des empereurs avait servi de modèle à Napoléon, elle tendait à la France un miroir de gloire, elle la rattachait à une continuité que la Seconde Guerre mondiale devait pourtant réduire en miettes. » (L'Express, juillet 2001)

Parmi les grands succès de la collections : Jacques Soustelle publie en 1955 une remarquable Vie quotidienne des Aztèques à la veille de la conquête espagnole, Jacques Heurgon, une Vie des Étrusques, Robert Flacelière, une Vie en Grèce au siècle de Périclès.

« Le passage aux années 70 marque une nouvelle évolution. Tandis que Le Roy Ladurie publie son Montaillou, La Vie quotidienne se donne de nouveaux sujets d'investigation, au carrefour de l'ethnologie, de la sociologie et de l'archive historique : publication en 1975 de La Vie quotidienne dans les chemins de fer au XIXe siècle, par Henri Vincenot, dont le grand-père, précise-t-il dans sa préface, était "mécanicien grandes roues au dépôt de Perrigny, près de Dijon". D'autres titres illustrent cette période : Pierre Goubert avec La Vie des paysans français au XVIIe siècle, La Vie quotidienne dans l'empire carolingien, de Pierre Riché. La principale affaire du " patrimoine " est sur les rails; un Pierre Nora en fournira bientôt le concept clef avec l'expression " lieu de mémoire ". » (L'Express, juillet 2001)

La Vie quotidienne à Matignon au temps de l'Union de la gauche, par Thierry Pfister, chef adjoint du cabinet de Pierre Mauroy (plus de 100 000 exemplaires vendus) reste l'un des plus gros succès de la collection. Cette collection historique continue à coller à l'air du temps avec en préparation une Vie quotidienne en Palestine aujourd'hui, à Gaza, à Ramallah...


- Hachette


- La Vie quotidienne à la Mecque de Mahomet à nos jours
- Les États-Unis au temps de la prospérité 1919-1929
- Les Vikings (800-1050)

 
© BiblioMonde.com