BiblioMonde

Patrick Ourednik

Écrivain et traducteur, spécialiste de la langue tchèque

Né en 1957, à Prague, Patrik Ouředník est l’auteur d’une quinzaine de livres et le traducteur en tchèque de Rabelais, Jarry, Queneau, Beckett, Michaux ou Vian. Il publie en 2001 un livre qui fera le tour du monde, Europeana. Une brève histoire du XXe siècle.

Patrick Ourednik passe sa jeunesse dans la Tchécoslovaquie des années 1970, en pleine « normalisation » qui avait mis fin aux espoirs du Printemps de Prague. Signataire de la Pétition pour la libération des prisonniers politiques [1] et éditeur de samizdats, il devient persona non grata : en 1984 il s’exile en France où il vit depuis. (extrait de son blog)

« Fils d'une mère française et d'un père tchèque, Patrik Ouředník a passé sa jeunesse en Tchécoslovaquie. Il est né en 1957. Aujourd'hui il vit à Paris. Il a décidé de quitter la Tchécoslovaquie en 1983. (…) Bilingue, Patrik Ourednik a traduit de nombreux livres français en tchèque (Rabelais, Jarry, Vaché, Queneau, Becket, Béalu, Michaux, Vian, Simon, Butor) et de livres tchèques en français (Vancura, Hrabal, Holan, Skacel, Holub, Grusa, Wernisch). Dès 1992 il publie aussi ses propres textes. Il commence par la poésie et passe à la prose. Il se fait connaître au lecteur tchèque cependant surtout par deux ouvrages du genre encyclopédique. Déjà en 1988, il a écrit son dictionnaire du tchèque non conventionnel au titre intraduisible "Smirbuch de la langue tchèque" et, en 1994, il récidive avec un recueil de locutions bibliques et apocryphes "... car il n'y a rien de nouveau sous le soleil". Dans son Smirbuch il a tenté de répertorier les multiples facettes de la langue parlée et argotique. Ce dictionnaire des argots tchèques manquait sensiblement sur le marché et il devient un instrument très utile pour les lecteurs, les traducteurs et pour tous ceux qui s'intéressent aux métamorphoses de la langue tchèque. D'ailleurs les problèmes de la langue ne cesseront d'intriguer Patrik Ourednik même dans la suite de sa carrière. En 1997 il publiera un essai intitulé "A la recherche de la langue perdue". Toute sa production est marquée par l'intérêt pour les aspects drôles et surprenants de la vie, la recherche des formes et des genres encore inexplorés et un omniprésent esprit de jeu. Il joue avec les mots, mais aussi avec l'histoire, les événements, les disciplines, les lecteurs. Il ne se refuse qu'à un seul jeu. Ce co-auteur des encyclopédies publiées par la maison d'édition Robert Laffont et de l'Encyclopedia Universalis refuse de jouer les chercheurs sérieux. » (extrait d’un article deVaclav Richter, Radio Praha, 2 février 2002)


- Le tchèque
- Europeana, une brève histoire du XXe siècle

 
© BiblioMonde.com