BiblioMonde

Pascal Quignard

Écrivain français

Pascal Quignard est né en 1948 à Verneuil-sur-Avre (France) dans une famille d'enseignants. Il grandit au Havre. Son enfance est difficile, il passe par des périodes d’« autisme » et d'anorexie. Adolescent, ses goûts se portent sur la musique, le latin, le grec et les littératures anciennes…

« Monsieur et Madame Quignard sont tous deux professeurs de lettres classiques. Le premier est issu d'une famille d'organistes d'origine wurtembergeoise et alsacienne tandis que le grand-père maternel, Charles Bruneau, est l'auteur, avec son homonyme Ferdinand Brunot, d'une fameuse Histoire de la langue française. "Ces grands connaisseurs de la langue vous piétinaient à la moindre faute". D'où la nécessité, pour se montrer à la hauteur, de maîtriser le français rapidement et dans ses plus fines subtilités. Quant au goût pour ce que Pascal Quignard nomme les "langues originaires", le latin et le grec, il lui vient des jeux étymologiques qu'affectionnait sa mère. "Il n'y avait pas un repas qui ne soit interrompu par des recherches dans les dictionnaires. C'était à la fois fascinant et un peu effrayant de voir les lèvres de ma mère prononcer des mots cabalistiques, des dérivations dépourvues de sens pour un enfant." Très vite, il est pris par une passion qui est restée la passion de sa vie : la lecture. Il se souvient de lui, vers quatre ou cinq ans, les pieds sur un petit établi, lisant Peau d'âne ou les Contes et légendes de la collection Hachette. "Comme les panoplies de mousquetaires, de cow-boys ou de centurions romains, c'était revêtir des mondes imaginaires." » (extrait de

En 1968, il est étudiant en philosophie à Nanterre. Le Mercure de France publie son premier essai, consacré à Sacher Masoch en 1969, mais il faudra Le Salon du Wurtemberg en 1986 puis Les Escaliers de Chambord en 1989, pour révéler Pascal Quignard au grand public.

Il a enseigné à l’université de Vincennes et à l’École pratique des hautes études en sciences sociales. Il a fondé avec le président François Mitterrand le festival d’opéra et de théâtre baroque de Versailles.

Pascal Quignard a collaboré longtemps aux éditions Gallimard (lecteur extérieur à partir de 1969, puis membre du comité de lecture en 1976 et enfin en charge du secrétariat général du service littéraire, en 1990). En 1994, il a démissionné de toutes ses fonctions, pour se consacrer uniquement à son travail d’écrivain. Il déclare alors « Je suis plus heureux d’être libre et solitaire ». Le prix Goncourt 2002, obtenu pour Ombres errantes, a été perçu comme le couronnement d'une œuvre à mi-parcours.

Son œuvre, entre roman, essais philosophique, poésie… est tout à fait inclassable. « Mais encore fallait-il donner une figure, et donc une forme, à défaut d'un nom, à ce projet d'écriture, à cette œuvre qui se cherchait. Toutefois, ce n'est pas à un repos, à une commodité que devait aboutir cette recherche. Elle attendait simplement la possibilité, l'autorisation que l'on se donne à soi-même de continuer, d'avancer, d'"errer" dirait Quignard. Cette forme ne pouvait donc être fixe; elle ne voulait pas être un carcan, une limite, un enfermement, mais son exact contraire. Quignard connaît trop les séductions de la rhétorique pour y céder sans examen. De plus, l'attraction demeurait pour la fiction, les histoires et les fables, pour tout ce que la fantaisie invente en vue du plaisir et de l'inquiétude. Il était, ce désir, aussi fort et ancré que celui de la spéculation et de la réflexion philosophique. Aussi puissant que celui de l'érudition. Il était essentiel et urgent de ne renoncer à rien, ni à l'astronomie, ni à la mythologie, ni à la science préhistorique, ni à la philosophie chinoise, ni à la pensée arabe ni à l'art oratoire des Latins. Et surtout pas à la littérature. » (extrait d'un article de Patrick Kéchichian, Le Monde, 27 septembre 2002)

Parmi ses œuvres

Dernier Royaume (Grasset, 2002) : œuvre en plusieurs tomes : Les ombres errantes (tome I) - Sur Jadis (tome II) - Abîmes (tome III)... la suite est à venir.

Terrasse à Rome (Gallimard, 2000) : À Rome au XVIIe siècle. Un jeune graveur est victime de la jalousie d'un fiancé jaloux qui lui lance de l'eau-forte au visage. Défiguré, il doit renoncer à l'amour de sa belle qu'il aime jusqu'à sa mort.

Vie secrète (Gallimard, 1997 - 1999) : roman qui obtient le grand prix du roman de l’Académie française.

Le lecteur (Gallimard, 1999)

La Leçon de musique (Hachette Littératures, 1998)

Histoire d'amour du temps jadis (Philippe Picquier, 1998) : ouvrage collectif contenant un texte de P. Quignard.

Le sexe et l'effroi (Gallimard, 1996)

La haine de la musique (Calmann-Lévy, 1996 - Gallimard, 1997)

Rhétorique spéculative (Calmann-Lévy, 1995 - Gallimard, 1997)

La nuit et le silence (Flohic, 1995) : un essai sur le peintre Georges de la Tour.

L'occupation américaine (Seuil, 1994 - 1996) : roman

Le nom sur le bout de la langue (POL, 1993 - Gallimard, 1995) : récit.

La frontière : azulejos du Palais Fronteira (Chandeigne, 1992)


Tous les matins du monde (Gallimard, 1991 - 1993) : ce livre évoquant la vie du musicien Marin Marais a été adapté au cinéma par Alain Corneau en 1991.

Albucius (POL, 1990 - LGF, 2001) : roman

Petits traités (Maeght, 1990 - Gallimard-Folio, 1987 réédités en 2 tomes) : huit volumes de textes brefs écrits à partir de 1981.

La Raison (le Promeneur-Quai Voltaire, 1990)

Les Escaliers de Chambord (Gallimard, 1989-1991) : roman


Une Gêne technique à l'égard des fragments (Fata Morgana, 1986)

Le Salon du Wurtemberg (Gallimard, 1986 - 1988) : roman

Le Vœu de silence (Fata Morgana, 1985) : essai sur René-Louis des Forêts.

Les Tablettes de buis d'Apronenia Avitia (Gallimard, 1984 - 1989)


Carus (Gallimard, 1980 - 1990) : roman (prix des critiques)


Michel Deguy (Seghers, 1975)

La Parole de Délie  (Mercure de France, 1974) : un essai sur Maurice Scève

L'Être du balbutiement : essai sur Sacher-Masoch (Mercure de France, 1969)

Sur la Toile

Un entretien avec Michèle Gazier, Télérama, 7 septembre 2002

La docte ignorance de Pascal Quignard

Commentaire sur son œuvre (Le Matricule des Anges)

Dans BiblioMonde : des livres sur l'auteur

Pascal Quignard, le solitaire  : livre d'entretien avec l'auteur.

Mémoires de l'origine : un essai de Chantal Lapeyre-Desmaison.

Pascal Quignard : La mise au silence : livre collectif sous la direction d'Adriano Marchetti.




- Dernier Royaume
- Terrasse à Rome
- Leçon de musique (La)
- Frontière
- Vie secrète
- Frontière, les azulejos du palais de Fronteira
- Haine de la musique (La)
- Sexe et l'Effroi (Le)
- Rhétorique spéculative
- Occupation américaine (L')
- Nuit et le silence (La)
- Nom sur le bout de la langue (Le)
- Tous les matins du monde
- Albucius
- Petits traités
- Raison (La)
- Escaliers de Chambord (Les)
- Gêne technique à l'égard des fragments (Une)
- Salon du Wurtemberg (Le)
- Vœu de silence (Le)
- Tablettes de buis d'Apronenia Avitia (Les)
- Carus
- Parole de la Délie

 
© BiblioMonde.com