BiblioMonde

Mohammed Berrada

Romancier marocain arabophone, considéré comme le chef de file du roman moderne marocain

Né à Rabat en 1938, Mohammed Berrada est romancier, critique littéraire, traducteur ; il enseignait la littérature arabe à la faculté des lettres de l’université Mohammed-V à Rabat. Il a été de 1976 à 1983 président de l’Union des écrivains marocains et est membre du Conseil scientifique de la revue maghrébine du livre Prologue.

Mohammed Berrada a appartenu au courrant littéraire qui a expérimenté de nouvelles techniques d’écriture (que les critiques marocains appellent attajrib (expérimentation). Le texte néglige l’intrigue romanesque et s’écrit par tableaux, scènes, réflexions, portraits… Dans le domaine de la langue c’est le recours aux dialectes, notamment le fassi (celui de Fès), aux jeu de mots et allusion ludiques.

Depuis 1978, Mohammed Berrada est l'époux de Leïla Shahid, déléguée générale de la Palestine auprès de l'Union européenne. Le couple vit et travaille à Bruxelles.

Traducteur de Barthes et Le Clézio en arabe, son œuvre de romancier, saluée par les récompenses les plus prestigieuses du royaume (prix du Mérite culturel 1999, prix de la Critique 2004...), est avant tout celle d'un esprit libre.



Sur la Toile

Cabale égyptienne contre l’écrivain qui avait entrepris de traduire des œuvres arabes en hébreu.

La voix de l’auteur : la Méditerranée et la vision marocaine, puis sa réaction sur l'idée de fiction et à propos du cosmopolitisme.


Parmi ses publications

Comme un été qui ne reviendra plus  (Sindbad, 2001) :
Le souvenir de l’été 1956, quand l’auteur était étudiant au Caire.

Le théâtre au Maroc : tradition, expérimentation et perspectives  (Presses Universitaires du Septentrion, 1998) - commande.

Lumière fuyante  (1993) :
La relation d’un peintre avec deux femmes de génération différentes, la mère et la fille.

Le jeu de l’oubli  (Eddif, 1987; sa traduction chez Acte Sud, 1993) : Le récit d’un intellectuel sur sa vie, de l’enfance à l’âge adulte dans le Maroc du millieu du XXe siècle.


- Le jeu de l’oubli
- Comme un été qui ne reviendra plus

 
© BiblioMonde.com