BiblioMonde

Michel Aoun


Militaire et homme politique libanais, figure emblématique de la résistance contre l’occupation syrienne du Liban, aujoud'hui chef de l'opposition au gouvernement libanais

Né en 1935, dans une famille chrétienne maronite de Harat Hurayk (la banlieue de Beyrouth), Michel Aoun a fait ses études à l'Académie militaire pour devenir officier de l'armée libanaise. Il a complété sa formation aux États-Unis (1966) et en France (1958-1959 et 1978-1980).

Après avoir combat les milices du PSP de Walid Joumblatt, Michel Aoun a été nommé Commandant des Forces armées libanaises en juin 1984. En septembre 1988, le président sortant Amine Gemayel désigne Michel Aoun comme premier ministre jusqu'à la tenue de nouvelles élections, une nomination en contradiction avec le Pacte national de 1943 qui réserve le poste de Premier ministre à un musulman sunnite. Le premier ministre démissionnaire Salim El-Hoss s'oppose à Aoun avec le soutient de la Syrie. Deux gouvernements sont formés, un gouvernement civil dirigé par Salim El-Hoss à Beyrouth-Ouest, et un gouvernement militaire dirigé par Michel Aoun à Beyrouth-Est. Celui-ci a l'appui de 40 % de l'armée libanaise, la milice des Forces libanaises (FL) dirigée par Samir Geagea, le Parti national libéral et son leader Dany Chamoun, le Parti des Druzes libres et son leader Farid Hamadé. Aoun lance en 1989, une « guerre de libération » du Liban, s'opposant à la fois au FL et aux forces d'occupation syriennes. Le président pro-syrien, élu en 1989, Elias Hraoui désigne le général Émile Lahoud comme commandant de l'armée et somme Michel Aoun de quitter le Palais présidentiel. Aoun rejette son éviction et contre-attaque. La bataille dure de janvier à mai 1990. La guerre du Golfe de 1990-1991, donne l'avantage aux Syriens, soutenus par les Américains. Michel Aoun, réfugié à l'ambassade de France en octobre 1990, s'exile en France en 1991. ISes partisans se regroupent dans le Courant patriotique libre (CPL).

Michel Aoun rentre à Beyrouth le 7 mai 2005 après 15 ans d'exil en France. En juin 2005, il est élu député de Kesrouan du Mont-Liban. Son bloc parlementaire, le Bloc du changement et de la réforme, comporte actuellement 21 députés. Depuis la fin 2006, Michel Aoun fait figure de chef de l'opposition au gouvernement Siniora.


- Une certaine vision du Liban

 
© BiblioMonde.com