BiblioMonde

Mehdi Ben Barka

Figure historique du mouvement national marocain sous le protectorat, leader de l'opposition au début du règne d'Hassan II (1920-1965).

Né en 1920 à Rabat dans une famille de petits fonctionnaires, Mehdi Ben Barka a fait des études de mathématique à Alger et devient professeur de lycée. Proche du Palais, il enseigne aussi au Collège royal. Il a le futur roi Hassan II parmi ses élèves.

Parallèlement, il s’engage en politique contre le « protectorat » français sur le Maroc. Dès 1943, il participe à la création du parti de l'indépendance. En 1945, il est l’un des responsable de l’Istiqlal, le parti nationaliste qui a mené le Maroc à l'indépendance. En 1955, il participe aux négociations qui aboutiront au retour du roi Mohammed V que les autorités française avait exilé à Madagacar et, en 1956, à la fin du protectorat. De 1956 à 1959, Mehdi Ben Barka est président de l'Assemblée consultative du Maroc (ANC).

Représentant de l’aile gauche d’un parti qu’il juge trop conservateur, il provoque une scission et fonde en 1959 l'Union nationale des forces populaires du Maroc (gauche), qui se place dans l’opposition au régime du roi Hassan II.

En 1963, Mehdi Ben Barka dénonce le conflit frontalier qui oppose le Maroc et l'Algérie. Accusé de complot, est condamné à mort par contumace (il était à l’étranger). Principal dirigeant de la gauche marocaine, il dénonçait « ce régime médiéval qui tendrait à ressusciter les structures médiévales de la société marocaine ».

Mehdi Ben Barka doit s’exiler. Il vit entre Genève et Le Caire où il s’impose comme un organisateur actif des luttes du tiers-monde. Il est notamment chargé d'organiser la participation des mouvements révolutionnaires du tiers monde à la conférence tricontinentale qui doit se réunir à La Havane en 1966.

Mehdi Ben Barka est enlevé le 29 octobre 1965 devant le 151 boulevard Saint-Germain à Paris par des policiers français et conduit dans une villa de Fontenay-le-Vicomte dans l'Essonne. Il n'est plus réapparu. Après sa mort débutait l'« affaire Ben Barka ». On sait aujourd’hui qu’il a été torturé et assassiné par le chef de la police secrète marocaine, Mohammed Oufkir. Son corps ne sera jamais retrouvé, Boucheseiche avouant des années plus tard l’avoir dissous dans une baignoire pleine d’acide.

Le roi Hassan II, probable commanditaire du rapt ne sera jamais mis en cause, c'est son bras droit, le général Mohammed Oufkir qui sera jugé et condamné par contumace par la justice française en 1967. On ne sait pas jusqu'à quel niveau l'administration française a été impliquée dans l'assassinat de l'opposant marocain. Pour le général de Gaulle, interrogé par des journalistes en 1966, l'implication française se limiterait à des niveau subalterne. Quatre décennies plus tard, l'affaire n'est toujours pas classée. Une commission rogatoire a encore été lancé en mai 2005 à la demande de la famille Ben Barka.

Sur la photo, Ben Barka porte une minerve, conséquence d'un premier attentat (en 1962) visant à l'éliminer.

L'affaire Ben Barka a inspiré deux films : L'Attentat d'Yves Boisset (1972) et J'ai vu tuer Ben Barka de Serge Le Péron (2005).

Dans BiblioMonde

Ils ont tué Ben Barka de Frédéric Ploquin et Jacques Derogy.

L'affaire Ben Barka de Bernard Violet.

Écrits politiques de Mehdi Ben Barka.

Mehdi Ben Barka, de l'indépendance marocaine à la tricontinentale sous la direction de René Gallissot et Jacques Kergoat.

Ben Barka, une vie, une mort par Zakya Daoud et Monjib Maâti

Notre dossier sur le Maroc

Sur la Toile

L'Affaire Mehdi Ben Barka : Interview avec son fils, Bachir (La Riposte).

Autour de la pensée et de l'action du leader politique marocain par Mahdi Elmandjra

Commentaire d'Inès Bel Aïba, sur le film J'ai vu tuer Ben Barka (Telquel, novembre 2005)


Ben Barka, l'équation marocaine : Un documentaire de Patrice Barrat et Simone Bitton. « Ce film n'est pas une nouvelle enquête sur la mort de l'opposant marocain Mehdi Ben Barka, disparu a Paris en octobre 1965. C'est le film de sa vie. Car en disparaissant, Ben Barka a été rayé de l'histoire. L'affaire Ben Barka a monopolisé l'attention, Mehdi Ben Barka a sombré dans l'oubli. Au moment où le Maroc tente d'exorciser le douloureux passé de ses années de plomb, ce film recueille, pour la première fois, les témoignages et les archives qui racontent le parcours exceptionnel d'un enfant de la medina passionné de mathématiques et de politique qui fut l'un des dirigeants de la lutte pour l'indépendance de son pays, le fondateur de la gauche marocaine, et l'un des dirigeants les plus en vue du mouvement tiers-mondiste des années 1960. » (présentation du producteur).





- Écrits politiques (1957-1965)

 
© BiblioMonde.com