BiblioMonde

Margalit Berriet

Artiste plasticienne, commissaire d’exposition, pédagogue

Née à tel Aviv en 1958, elle a étudié les arts plastiques aux États-Unis. Depuis 1988, elle vit et travaille en France. Ces œuvres ont été exposées dans le monde entier, dans des expositions personnelles ou collectives. Parallèlement, elle travaille avec des groupes scolaires ou adultes pour une reconnaissance transversale des cultures, via l’art et le langage, pour favoriser le dialogue interculturel.

Elle est fondatrice de l'association Mémoire de l’Avenir, créée en 2003, dont l’objectif est de développer auprès de publics variés, à travers un travail artistique pluri-disciplinaire, des outils originaux de réflexion, de respect et d’écoute permettant la reconnaissance de l’autre dans sa différence.

Le site de de l'association Mémoire de l’Avenir

« Née dans une famille juive non traditionnelle de l’est de l’Europe, élevée en Israël-Palestine, j’ai longtemps vécu aux Etats-Unis avant de m’installer en France il y a 20 ans. Partout, j’ai vu le racisme et les discriminations saper les relations entre les Hommes et compromettre le vivre-ensemble.

Je me suis souvent demandé comment contribuer à la lutte contre les stéréotypes et les préjugés, comment améliorer la connaissance de la diversité humaine et culturelle._En tant qu’artiste, le rapport à l’universel m’a toujours intéressée. Ma relation à l’art n’est pas seulement le fruit de ma pratique ou de mes études, elle vient aussi d’une conviction intime et intuitive. Plus j’ai regardé librement le monde et les expressions artistiques, plus j’ai entrevu ce que je partageais avec l’Autre.
En effet, nous sommes tous différents, mais aussi tous semblables, nés pour vivre…

Qu’est-ce qui nous unit ? Nos intuitions ? Notre sensibilité ? Notre capacité à penser ? Notre corps ? Notre humanité ?
Antonio Damasio, un neurobiologiste, travaille sur le thème de la mémoire, du langage et de la créativité. Il a montré le rôle fondamental de l’intelligence émotionnelle, innovateur et imaginaire dans la construction de l’intelligence cognitive et logique. Il rend hommage dans son travail à Spinoza, qui a réuni le corps et l'intuition, la logique et la création, et qui a aperçu dans les émotions le fondement même de la culture humaine.

Nulle part sur Terre, il n’existe de population sans langage, ni sans art. Le besoin de l’Homme de s’exprimer et de produire l’a conduit à l’utilisation des images symboliques, traduisant la manière dont il perçoit et déchiffre le monde. La pensée humaine est aussi faite de mémoire, de sentiments, de critiques et d’une grande capacité à se projeter dans l’avenir.
Aborder l’art et plus spécifiquement le langage artistique permet d’approcher la pensée symbolique. Celle-ci se construit à partir de la perception, du regard porté par les êtres humains sur leur environnement.

En 2000, j’ai commencé une recherche sur ce sujet avec l’aide d’artistes et de chercheurs dont Patricia Creveaux, historienne de l’art, qui a accepté de s’aventurer avec moi dans un voyage à travers le monde et les Hommes, pour découvrir ce qui les relie au-delà de leurs différences.

Notre curiosité s’est en premier lieu nourrie d’objets créés 37 000 ans avant notre ère et portant un langage - concret ou abstrait, un code symbolique. Un large répertoire de gravures, de parures, d’outils indique l’existence d’une pensée commune. Ces objets, qu’ils proviennent du Moyen Orient, d’Afrique, d’Europe, d’Amérique ou d’Océanie, comportent des similitudes dans le processus de communication, par l'usage répétitif de certains signes ou le choix des lieux où ils sont exécutés.
L'art est une expression et un miroir de la pensée humaine, c’est une trace historique et documentaire des pratiques utilitaires, cérémonielles ou esthétiques.

Nos observations m’ont persuadée qu’en attribuant des sens aux éléments qui composent notre univers, nous avons composé la grammaire de notre langage et de notre communication. Nous sommes les auteurs des briques de notre pensée cognitive. _Les lectures symboliques mettent en évidence les points communs entre les différents hommes et les cultures du monde, ils offrent l’opportunité d’une nouvelle découverte de l’Autre. Ils sont de formidables outils pour promouvoir le (mé)tissage et la convergence des êtres humains. Le symbole nous offre une palette universelle de signes et de références trouvées à travers le monde, et qui composent une infinité de façons d’exprimer un message unique, comme une matrice de notre fantastique diversité.

En créant l’Association Mémoire de l’Avenir, j’ai souhaité partager cette compréhension, en accompagnant dans les musées des jeunes, des femmes, des personnes d’origine "migrée", ou issues de quartiers différents, dans des pays variés aux inégalités sociales et urbaines... J’encourage une lecture intuitive d’œuvres et la découverte du langage sensible, des formes, des couleurs, des matériaux… en laissant chacun s’exprimer librement. Durant ces visites, j’ai constaté que les symboles sont un langage accessible à tous et constituent véritablement une "grammaire" universelle. »

Margalit Berriet

Le site de Margalit Berriet


- Du dessin au symbole

 
© BiblioMonde.com