BiblioMonde

Luís de Camões

Le plus grand poète portugais du XVIe siècle (1524, 1580), une référence nationale pour les Portugais

Luís Vaz de Camõens serait né à Lisbonne en 1524. C’est le fils de Simão Vaz de Camões, gentilhomme de la maison du roi issu d'une famille originaire de Galice, et d'Ana de Sá, native de Santarém. On sait peu de chose sur sa jeunesse De part sa culture classique, on suppose qu’il a dû faire des études à l’université de Coïmbre. En 1547, il part au Maroc comme soldat. C’est là qu’il perd son œil droit. De retour à Lisbonne, il mène une vie de bohème. En 1552, il est incarcéré pour avoir blessé un gentilhomme de la maison du roi. Libéré le 13 mars 1553, il s’embarque pour l’Orient dix jours plus tard.

Entre 1556 et 1560, il réside à Macao (Chine), puis il visite les Moluques, séjourne à Canton. Il fait naufrage au large du Cambodge, puis, arrivé à Goa en 1561, il y est emprisonné pour des raisons restées obscures, et libéré deux ou trois ans plus tard. À partir de 1564, il bénéficiera de la protection du nouveau vice-roi, dom Antão de Noronha. Il entreprend le voyage de retour à Lisbonne en 1567. Après une longue escale au Mozambique, c'est démuni de toute ressource qu'il arrive au Portugal, le 7 avril 1570. Pendant son voyage, il a écrit sa fameuse épopée Les Lusiades qu’il publie à Lisbonne en 1572. Il la dédie au jeune roi Sébastien qui lui accorde une petite pension qui lui permettra de vivre, modestement, jusqu’à la fin de ses jours. Son œuvre ne se limite pas à cette épopée. Camõens a aussi produit une œuvre lyrique (odes, canzones, pastourelles, élégies) qui fait de lui un grand poète de son temps et théâtrale (Amphitryon, la Représentation du roi Séleucus et Philodème).

« Malgré son projet d'un Parnasse, Camões ne laissa pas ses autres poèmes prêts pour une publication. Quinze ans après sa mort, on décida de réunir ses reliquiae, qui circulaient à Lisbonne sous forme de manuscrits. Aussitôt surgirent des poèmes apocryphes. En voulant défendre le poète, son biographe et éditeur posthume, Faria e Sousa, n'hésitera pas à arranger de sa main ce qu'il juge inopportun ou incomplet. De tous ceux, nombreux au Portugal, qui rééditeront ses œuvres ou se pencheront sur l'ensemble des poèmes épars, rares sont ceux qui se livreront à un travail critique, jusqu'à ce que, en 1973, Álvaro Pimpão, de l'université de Coimbra, établisse un corpus qui réponde davantage aux critères philologiques modernes, ouvrant aux études "camoniennes" une voie plus rigoureuse. » (extrait de l’encyclopédie Hachette)


Sur la Toile

Un poème ( port.)

Dans BiblioMonde : un livre sur le poète

Camões, L'oeuvre épique & lyrique par Georges le Gentil

->Luis de Camoes


- Lusiades (Les)
- Sonnets

 
© BiblioMonde.com