BiblioMonde

Luigi Balzan

Naturaliste et explorateur italien (1865-1893) ayant effectué deux voyages en Amérique du Sud, principalement au Paraguay et en Bolivie


Luigi Balzan est né à Badia Polestine, dans la plaine du Pô (Italie) en 1865 dans une famille de propriétaires terriens ruinés par les crues trop fréquentes du grand fleuve.

« Luigi Balzan choisi, comme tant d’autres Péninsulaires, la voie de l’émigration. À l’âge de vingt ans, on le retrouve en Amérique du sud, d’abord en Argentine puis au Paraguay, à Asunción (la capitale), où il devint professeur de Sciences naturelles. C’est durant ce premier séjour de plus de quatre ans qu’il découvre les richesses du continent, tant naturelles qu’ethnographiques.

De retour dans sa Mère patrie, il se fait connaître par plusieurs écrits scientifiques et des conférences, et se voit confier une importante mission d’exploration par la Société géographique italienne. Il repart donc à la fin de l’année 1890 pour un long voyage naturaliste qui le mènera durant plus de deux ans des contreforts andins à la forêt vierge bolivienne.

Voyageur solitaire, Luigi Balzan ne s’encombrera pas d’une intendance lourde et lente. Utilisant tous les moyens possibles pour se déplacer : chemins de fer et diligences lorsqu’ils existaient, plus sûrement les chevaux et les mulets, mieux encore les radeaux et les barques descendant les innombrables rivières tropicales, il se mêlera ainsi durant de longs mois aux populations locales, tant créoles qu’indigènes.

Ses nombreuses rencontres, et plus encore sa curiosité, lui permettront d’accumuler descriptions, plantes et objets ethnographiques. Riche et parfois candide, son récit est un témoignage de première main sur une époque, un continent en pleine évolution et sur la tragique disparition des sociétés indiennes.
Ses informations sur les multiples rapports entre l’homme et l’eau sont aujourd’hui d’une grande importance; plus encore : ses descriptions sur la vie dans la forêt vierge et les conditions misérables des collecteurs de caoutchouc, la grande richesse du moment.

Cinq mois après son retour, Luigi Balzan mourrait à Padoue (1893), d’une attaque foudroyante de malaria. » (source : éditions Ginkgo)


- Des Andes à l'Amazonie 1891-1893

 
© BiblioMonde.com