BiblioMonde

Léopold Justinard


Militaire français (1878-1959), spécialiste de la langue et de la culture tachelhit

Né en 1878 à Nogent-sur-Seine (France) dans une famille de petit notables de province, Léopold-Victor Justinard a fait Saint-Cyr d'où il sort sous-lieutenant en 1899. De 1902 à 1911, il est en poste dans la province de Constantine (Algérie). Il profite de son séjour pour apprendre l'arabe littéraire et l'arabe maghrébin. Attiré par le Maroc, Léopold Justinard se porte volontaire pour intégrer la Mission Militaire chargée par le nouveau sultan Moulay Hafid (1908-1912) de réformer son armée. À Fès, le capitaine Justinard a pour mission d’encadrer un bataillon, composé principalement de berbérophones du Sous. C’est auprès d’eux qu’il apprend la tachelhit ce qui l'amènera à publier un Manuel berbère marocain, dialecte chleuh (1914). Sa connaissance de cette langue fait ensuit de lui un agent de renseignements dans la région de Tiznit pour près, au plus proche des zones encore insoumises à l’autorité coloniale (1916-1921). Ce séjour lui apporte une connaissance intime de la culture tachelit notamment par la fréquentation de grande personnalité comme le futur El Hajj Belaïd. Léopold Justinard met ensuite à profit une mission dans le Rif en publiant en 1926 son Manuel berbère marocain, dialecte rifain, ouvrage dans lequel il profitera de souligner la proximité des deux langues berbères, la tachelhit et la tarifit. Défiguré dans un accident d'avion, il passe le reste de son temps au Maroc a étudier la culture berbère de ce pays. Le colonel Léopold Justinard prend sa retraite militaire en 1937, mais continue à publier. Il largement contribué à la connaissance de la littérature orale du Sous. Une partie de ses recherches a été publiée sous le titre Poèmes Chleuh recueillis au Sous en 1930.

Dans BiblioMonde

Léopold Justinard, missionnaire de la tachelhit (1914-1954) : Quarante ans d’études berbères, présentation et choix de textes de Rachid Agrour


 
© BiblioMonde.com