BiblioMonde

Janusz Korczak

Pédagogue polonais (1878-1942), précurseur de la Convention internationale des droits de l'enfant

Né à Varsovie en 1878 dans une famille de l'intelligentsia juive aisée et parfaitement intégrée à la culture polonaise, Henrik Goldszmit (son vrai nom) a 12 ans quand son père, avocat, est interné dans un asile d'aliénés et sa famille ruinée. Il commence très tôt à écrire, mais devient médecin comme son grand-père. Toute sa vie est partagée entre ces occupations : soigner, éduquer et écrire.

Vers 1900, il commence à publier sous le pseudonyme de Janusz Korczak, tout en exerçant la médecine, d'abord à Varsovie, puis sur le front de Mandchourie durant la guerre russo-japonaise, et de nouveau à Varsovie. Pour soigner gratuitement les indigents, il réclame de gros honoraires à ses clients fortunés. Il voyage : à Berlin, à Paris, à Londres, il confronte ses expériences avec celles de ses confrères. De retour en Pologne, il ouvre un orphelinat, crée à la radio une émission : Les causeries du Vieux docteur, qui vont le rendre célèbre, et publie, entre autres, Comment aimer l'enfant en 1918, et Le Roi Mathias en 1928.

En 1912, Korczak quitte sa clientèle privée, son cabinet, toutes ses fonctions et il devient directeur de la Maison de l’orphelin de Varsovie (pour les enfants juifs) qu'il organise en une société d'enfants fondée sur la confiance, l'autonomie, le respect de la différence et des droits de chacun.. Jusqu’à sa mort en 1942, la vie de Korczak se confond avec celle de son orphelinat où il vit sept jours sur sept. En 1919, il a aussi crée Naszy Dom (Notre Maison), pour les enfants d’ouvrier polonais.

Janusz Korczak enseigne à l’Institut de pédagogie et à l’Université. Il est médecin-expert auprès du Tribunal pour les jeunes délinquants. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages traduits en vingt-sept langues et plébiscités par les parents et les éducateurs du monde entier. L’Académie polonaise de littérature lui attribue sa plus haute distinction pour son œuvre littéraire (le Laurier d'or, en 1937), mais il est rejeté par la droite polonaise antisémite.

Il effectue deux voyages en Palestine, en 1934 et en 1936, pour visiter d’anciennes pupilles et collaborateurs qui y ont émigré. Il envisage de partir s’installer là-bas, mais les circonstances de plus en plus menaçantes et la survie précaire de la Maison de l’orphelin ne lui permettront pas de réaliser ce projet.

En octobre 1940, l’orphelinat est transféré dans le ghetto de Varsovie. Lorsqu'en 1942, les Allemands viennent chercher les deux cents enfants juifs, il refuse d'avoir la vie sauve et choisit de partir avec eux pour mourir dans le camp d’extermination nazi de Treblinka, en même temps que ses collaborateurs Stefa Wilczynska, Broniatowska et Szternfeld.


La vie et la mort de Janusz Korczak a été mise en scène en 1991 par le cinéaste polonais Andrej Wajda, dans son superbe film intitulé Korczak.


Sur la Toile

Le site de l’association des amis de Korczak (fr.) : un site très complet (voir plan du site)

L’association polonaise (pol.)

Le centre de recherche Janusz Korczak en Israël (angl.)

L’association suisse (fr.)


Des livres sur l’auteur (sur Amazon)


Janusz korczak : l'amour des droits de l'enfant par J. Houssaye


Janusz Korczak Jacques Ladsous



Janusz korczak : le roi des enfants par Lifton



Janusz Korczak : L'éducation constitutionnelle par Ahmed Lamihi


- Comment aimer un enfant
- Roi Mathias 1er (Le)
- Herschele et autres contes
- Palestine : notes de voyage et correspondance 1927-1939
- Seul à seul avec Dieu
- Journal du ghetto

 
© BiblioMonde.com