BiblioMonde

Hrant Dink


Journaliste turc d'origine arménienne (1954-2007)

Né en 1954 à Malatya, dans l'Est de l'Anatolie (Turquie) Hrant Dink est le fils d'un tailleur arménien de nationalité turque. À 7 ans, il est abandonné par ses parents qui se séparent. Élevé dans un orphelinat arménien avec ses deux frères, il fait des études de zoologie à l'université d'Istanbul. Avec ses frères, Hrant Dink gère une papeterie à Istanbul, publie des critiques littéraires et dirige une école ouverte aux enfants arméniens venus d'Anatolie. L'école est fermée et saisie par l'État. Militant de gauche, en 1980, le coup d'État lui fait connaître la prison et la torture. En 1996, Hrant Dink fonde Argos, un hebdomadaire bilingue turco-arménien, le premier en Turquie, visant à dépasser tout nationalisme et communautarisme. Il a été à plusieurs reprises menacée de mort pour ses demandes de reconnaissance du génocide arménien par l'État turc. Son assassinat, le 19 janvier 2007, devant le siège de son journal a suscité une vive émotion.

« Hrant Dink ne s’est pas contenté de défendre les valeurs de la démocratie et de la liberté d’expression, il les a également mises en pratique dans un contexte général plutôt austère. Il a été le premier Arménien de Turquie à qualifier le massacre d’Arméniens de 1915 de "génocide". Ses prises de position courageuses se sont heurtées à l’hostilité de l’Etat turc et du ministère public. Il a été victime d’une campagne massive orchestrée par des hommes politiques et des organes de presse de la mouvance nationaliste dominante.

En vertu du tristement célèbre article 301 du code pénal turc, un tribunal d’Urfa l’a poursuivi en justice pour avoir déclaré au cours d’une conférence "Je ne suis pas Turc, mais un Arménien de Turquie", et il a été condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir tenu dans une chronique de son journal des propos qualifiés d’"insulte à l’identité turque". » (extrait d'un article de Vicken Cheterian, Le Monde diplomatique, janvier 2007)

« Nous avons tué un homme dont nous ne pouvions accepter les idées. » (Orhan Pamuk)

Sur la Toile

Le site d'Argos (turc-angl.)


- Être arménien en Turquie
- Deux peuples proches, deux voisins lointains : Arménie-Turquie
- Chroniques d'un journaliste assassiné

 
© BiblioMonde.com