BiblioMonde

Gunnar Gunnarsson

Écrivain islandais (1889-1975) de langue danoise

Né en 1889 à Valþjófsstaður, ferme proche de Skriðuklaustur (district de Fljótsdalur, dans l'est de l'Islande), Gunnar Gunnarsson a déménagé, à l'âge de 7ans, avec ses parents à Ljótsstaðir, près de Vopnafjörður, où sa mère est morte un an plus tard. Jeune, Gunnar rêvait déjà de devenir écrivain, et en 1906 il publie son premier livre, un recueil de poèmes. Bien que fils d'un paysan pauvre, Gunnar parvient, à 18 ans, à aller au Danemark pour pour y faire ses études. Au lieu de rentrer chez lui après deux années passées au lycée populaire d'Askov, il décide de rester au Danemark et de réaliser son rêve de vivre de sa plume. Il écrira toute sa vie en danois.

Cependant, la notoriété n'est pas arrivée facilement. Il a vécu un temps dans la pauvreté à Århus et puis à Copenhague. Mais, au printemps 1912, Gunnar signe un contrat avec la maison d'édition Gyldendal. La même année, le jeune écrivain épouse son amour, Franzisca Jørgensen.

Son premier roman, Saga de la Famille Borg est publié de 1912 à 1914, adapté au cinéma, en Islande, par Nordisk Film en 1919. Au cours des décennies suivantes, Gunnar Gunnarsson a écrit de nombreux romans historiques imprégné d'un nationalisme romantique, des nouvelles, des poèmes et des pièces de théâtre, ainsi que de nombreux articles. Il a participé activement aux débats politiques nordiques. Plusieurs de ses livres ont été édités dans de nombreux pays, pourtant sa popularité s'est limitée au Danemark et à l'Allemagne.

Bien qu'écrivant en danois, Gunnar Gunnarsson a toujours situé ses romans dans son Islande d'origine, qui n'a jamais déserté ses pensées. En 1939, après 32 ans au Danemark, il est rentré chez lui. Il a acheté un terrain à Skriðuklaustur, dans la vallée où il était né, et a construit la demeure de ses rêves, mais n'a pas réussit à devenir un agriculteur prospère tout en continuant à écrire, en raison des changements sociaux en Islande pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1948, Gunnar et Franzisca ont déménagé à Reykjavík et ont légué Skriðuklaustur à la nation.

Ses derniers romans sont parus dans les années 1950, Gunnar Gunnarsson a ensuite consacré le reste de sa vie à traduire en islandais ceux de ses écrits qui avait été traduits par d'autres. Il est mort le en 1975 et Franzisca l'année suivante. Leurs tombes sont sur l'île de Viðey, face à la ville de Reykjavík.


- Oiseau noir (L')
- Berger de l’Avent (Le)
- Frères jurés

 
© BiblioMonde.com