BiblioMonde

Étienne Sved


Photographe et affichiste (1914-1996)

Né à Székesfehérvar (Hongrie) en 1914, sous le nom de Süsz István, il intègre à Budapest en 1930 l'Atelier, une école d'arts graphiques fondée par des professeurs du Bauhaus qui ont fui l'Allemagne nazie. Juif, Étienne Sved doit à son tour quitter son pays à l'arrivée des nazis et se réfugie en Égypte en 1938. Il y demeurera jusqu'en 1946. Journaliste pour le Progrès égyptien, il publie de nombreux dessins satiriques avant de découvrir la photographie. Il parcourt le pays à dos d'âne, s'attarde aussi bien dans les musées et les sites funéraires que sur les rives du Nil, où il photographie ses contemporains. Il rapporte de ce long voyage une impressionnante collection de photos, d'une grande valeur historique, qu'il exploite notamment dans un ouvrage paru en 1954, qui le révèle au grand public, L'Égypte face à face, avec un texte de Tristan Tzara.

Étienne Sved arrive en France en 1946, se marie l’année suivante et est naturalisé français en 1949. Il prolonge sa démarche photographique tout en menant avec succès une carrière de graphiste publicitaire. En 1962, il crée sa maison d'édition et s'installe en Haute Provence (1972) et se fait remarquer par la publication de Provence des campaniles, qui reçoit le prix Nadar en 1990. Il poursuit son travail d'éditeur et de photographe jusqu'à son décès, en 1996.

En 2003, le musée Nicéphore-Niépce fait l'acquisition du fonds photographique moyen-oriental d'Étienne Sved, composé de plus de 3000 négatifs et de vintages (tirages d'époque). La même année, une importante exposition organisée à Manosque, Étienne Sved photographiste, retrace son parcours et présente pour la première fois les photos d'Égypte au public. L'année suivante, le musée Denon de Chalon-sur-Saône élargit l'audience du photographe avec une exposition intitulée Moolesh, un asile photographique au Moyen-Orient.


- Alger 1951, un pays dans l'attente
- Maalesh

 
© BiblioMonde.com