BiblioMonde

Elias Sanbar

Historien, essayiste, poète et militant de la cause palestinienne

Né à Haïfa en 1947, Elias Sanbar est âgé d’un an quand sa famille est chassée de Palestine au moment de la création d’Israël (1948).

« Ma famille était très particulière, dit-il. Non par son rang social, la petite bourgeoisie, mais par une sorte de libéralisme interne dont mon père était le principal instigateur. C’était un personnage singulier, d’un anticléricalisme virulent alors qu’il était très croyant, et d’un anti-autoritarisme spontané. "Plus tard, ne respecte jamais ceux qui te donneront des ordres, mais respecte toujours ceux à qui tu pourras en donner", me répétait-il à l’envi. Il avait aussi une profonde affection désintéressée et sans affectation pour les pauvres, qu’il m’a transmise. Cela n’en faisait pas un révolutionnaire pour autant. Il était d’une très grande singularité, tout en étant complètement solidaire de son groupe. » (Elias Sanbar, Politis, mars 2002)

Installé au Liban avec sa famille, il milite dès le plus jeune âge au sein d’organisations défendant la cause palestinienne.

« C’était notre tour, dit Elias Sanbar, nous voulions faire mieux que nos prédécesseurs, avec lesquels nous étions très injustes. Nous avons dû lutter pour que les mots "Palestine" et "Palestiniens" ne disparaissent pas. Et nous avons réussi. C’est de ce sauvetage des mots, auquel il est très lié, que vient la légitimité d’Arafat. » (Politis)

En 1969, il vient poursuivre ses études à Paris. Devenu historien, il enseigne à Paris (Paris VII), au Liban et aux États-Unis (Princeton). En 1981, Elias Sanbar fonde à Paris, La Revue d’études palestiniennes dont il est le rédacteur en chef. Il a aussi participé à des travaux de cinéma, traduit des poèmes en français (notamment ceux de Mahmoud Darwich) et écrit plusieurs essais. Elias Sanbar habite et écrit en France où il partage la vie de la chanteuse et comédienne, Dominique Devals.

Elias Sanbar demeure un militant engagé, il a participé aux négociations bilatérales à Washington puis fut en charge de la délégation palestinienne aux négociations multilatérales sur les réfugiés (1993).



Sur la Toile

La guerre est finie ? (Autodafé, juin 2002)


Il nous a fallu trente ans pour redevenir visibles : un entretien avec l’auteur (Le Nouvel Observateur, novembre 2004)

" Le droit à la patrie n'est pas négociable " (septembre 2000)

En passant par le monde


- Palestine 1948 : L'Expulsion
- Palestiniens dans le siècle (Les)
- Palestine, le pays à venir
- Jérusalem, Le sacré et le politique
- Damas
- Bien des absents (Le)
- Droit au retour : Le problème des réfugiés palestiniens
- Palestiniens, la photographie d'une terre et de son peuple de 1839 à nos jours
- Figures du Palestinien : Identité des origines, identité de devenir
- Être arabe
- Jérusalem et la Palestine, photographies de l'École biblique de Jérusalem

 
© BiblioMonde.com