BiblioMonde

Benoît Rayski

Écrivain et journaliste

Benoît Rayski est le fils d'un des principaux dirigeants de la MOI-FTP (Adam Rayski), lui-même est passé par le communisme, avant de prendre ses distances. Il a été journaliste à France Soir, au Matin de Paris, à Globe Hebdo et à L'Événement du jeudi. Ayant viré nettement à droite, Benoît Rayski travaille aujourd'hui pour le site Atlantico. Il a publié en 2013 Le gauchisme, maladie sénile du communisme (Atlantico Editions et Eyrolles E-books).

« Dans les années soixante-dix, Benoît Rayski, journaliste à France-Soir prend fait et cause pour Bernard-Henri Lévy qui décèle dans une déclaration de Georges Marchais "le fantôme discret et familier de l'antisémitisme". Rayski est désigné comme "anticommuniste en chef". Une polémique s'engage à laquelle prennent part René Andrieu, rédacteur en chef de l'époque, qui rappelle que Rayski travaille dans le journal de Robert Hersant et surtout Nelly Feld, la jeune résistante qui sauva Rayski durant l'Occupation à Lyon. Réponse de l'intéressé : "Il y a des souvenirs et des attaches que rien, jamais, ne me fera oublier. Mais il ne faut pas m'en vouloir d'avoir grandi, et d'avoir appris depuis deux ou trois choses sur l'Union soviétique."
Cette "polémique" puisque l'auteur la définit ainsi, laisse des traces. Benoît Rayski assume une fidélité sans faille à tous les révolutionnaires et au communisme, mais pas dans sa version réaliste socialiste soviétique. » (extrait d’un article de Jacques Moran, L'Humanité, 11 avril 2002)


- L'affiche rouge 21 février 1944
- Ces étoiles qui brûlent en moi
- Un Livre rouge
- L'enfant juif et l'enfant ukrainien

 
© BiblioMonde.com