BiblioMonde

António Lobo Antunes

Un des grands romanciers portugais contemporains. Le plus important de sa génération dit-on, au point que certains se sont étonnés qu'il n'ait été récompensé du prix Nobel.

Né en 1942 à Benfica dans les faubourgs de Lisbonne et issu de la grande bourgeoisie portugaise, António Lobo Antunes est l'aîné d'une famille de six garçons. Son père, neurologue réputé et grand érudit, lui donne le goût de la médecine et des lettres, en l'emmenant se promener à l'hôpital et en lui lisant, entre autres, du Flaubert. António Lobo Antunes a fait des études de médecine Dans le cadre du service militaire, il est envoyé en Angola comme médecin. Il passe vingt-sept mois dans le bourbier de la guerre coloniale (de 1971 à 1973). Il en tirera une partie de son inspiration dans les romans qu'il publie à partir de 1979. À son retour d'Angola, il se spécialise en psychiatrie, métier qu'il a exercé à l'hôpital Miguel Bombarda de Lisbonne. Il a toujours lutté contre le « complexe du bourgeois » qui le tient et a développé, très tôt, une haine du racisme qu'il justifie par son propre « métissage » : un grand-père brésilien et une grand-mère allemande.

Auteur d'une douzaine de romans traduits dans de nombreuses langues (français, anglais, néerlandais, allemand, danois, suédois, italien, turc , espagnol…) Antonio Lobo Antunes vit à Lisbonne. En 1985, il a délaissé la psychiatrie après le succès de son deuxième roman, Le Cul de Judas, pour se consacrer à l'écriture.

« Toute l'œuvre de Lobo Antunes se situe sous le signe de la désacralisation qui n'épargne ni la bourgeoisie complice de Salazar ni les démocrates nouveaux qui n'ont pas su tenir les promesses de la révolution. Avec rigueur et obstination, il fait le procès de la société portugaise et de ses trivialités, des institutions et de leurs mensonges, du pouvoir et de ses compromissions. Un procès ou Lobo Antunes donne systématiquement la parole aux victimes, aux opprimés, renversant les rôles que tiennent les un et les autres dans la vie réelle. » (extrait d'un article de Tirthankar Chandra, L'Humanité, 16 mars 2000)

« Je vis tous les jours avec mes personnages pendant un an et demi, dix heures par jour. Quand vous arrivez à la page 300, cela vous attriste un peu de les quitter. Je comprends très bien Faulkner qui faisait passer ses personnages d'un livre à l'autre. L'autre jour, je me trouvais dans un quartier périphérique de Lisbonne où vit l'un des personnages de La mort de Carlos Gardel. J'étais arrêté à un feu rouge et je m'attendais à ce qu'il surgisse d'un instant à l'autre, je me demandais dans quel café il irait. C'est un personnage absolument secondaire pour moi, je me suis à y penser comme s'il était réel. » (extrait d'un entretien pour Les Inrockuptibles, 1995)


« Entrer dans un roman d'António Lobo Antunes, c'est pénétrer dans un maquis carnivore qui menace de vous happer à chaque phrase. Car il s'exhale des écrits sombres et denses de ce très grand écrivain portugais, une sorte de maléfice qui envoûte et déroute à la fois. Exigeant une grande concentration de la part du lecteur, le romancier n'en est pas moins très populaire dans son pays. La profonde humanité de ses livres, imbibés de substance existentielle et de sensualité, comme le sont ceux d'un Simenon, mais à la fois traversés de litanies mélancoliques et de piques satiriques, y est sans doute pour beaucoup. » (extrait d'un article de Raphaëlle Rérolle, Le Monde, 19 fevrier 1998)


« Même si ma langue est d'ici et que j'ai besoin de l'entendre pour écrire. Le Portugal que j'évoque dans mes romans est un Portugal de fiction. Je ne comprends pas le patriotisme, je me méfie du nationalisme, j'ai grandi sous Salazar. » (Antunes, extrait d'un entretien pour Lire, 1999)

« Antonio Lobo Antunes a mauvaise réputation. Il provoque, n'hésite pas longtemps avant de proférer une énormité, se montre d'un narcissisme agressif, il est mauvais joueur, dénigreur systématique... et si on l'invite dans un Salon, on n'est jamais sûr qu'il n'y fera pas un éclat. Pourtant, si on l'écoute un instant, si on le lit, cette vision prend une autre coloration. Ainsi, dans l'entretien qu'il vient d'accorder au Magazine littéraire (numéro de mars), il dit explicitement ceci : " Je suis incapable de parler de moi et plus incapable encore de parler de mes livres : je ne les ai pas lus, je les ai seulement écrits. " Pirouette dira-t-on ? Pas si sûr... » (Lire la suite : Lobo Antunes, ou les vertus du style, Patrick Kéchichian, Le Monde, 17 mars 2000)


Parmi ses œuvres

Si ses romans ont presque tous été publiés par Christian Bourgois, c'est Anne-Marie Métailié qui l'a fait découvrir en France. Depuis 1996,il est traduits par Carlos Batista

 Que ferai-je quand tout brûle ?  (Christian Bourgois, 2003)


Dormir accompagné (Christian Bourgois, 2001)

N'entre pas si vite dans cette nuit noire (Christian Bourgois, 2001)

Livre des chroniques (Christian Bourgois, 2000)

Exhortation aux crocodiles (Christian Bourgois, 1999 - Le Seuil, 2001)

La Splendeur du Portugal (Christian Bourgois, 1998 - Le Seuil, 2000)

Le Manuel des inquisiteurs (Christian Bourgois, 1996 - 10/18, 1999)

La Mort de Carlos Gardel (Christian Bourgois, 1995- 10/18, 1998)

L'Ordre naturel des choses (Christian Bourgois, 1994 - Le Seuil, 1999)

Traité des passions de l'âme (Christian Bourgois, 1993 - Le Seuil, 1998)

La Farce des damnés (Christian Bourgois, 1992 - Le Seuil, 1998)

Explication des oiseaux (Christian Bourgois, 1991 - Le Seuil, 1999)

Le Retour des caravelles (10/18, 1995 - Christian Bourgois, 1999)

Fado Alexandrino (Métailié/Albin Michel, 1987)

Connaissance de l'enfer (Christian Bourgois, 1998 - Le Seuil, 2000)

Le Cul de Judas (Métailié, 1983 - 1997)

Mémoire d'éléphant (Christian Bourgois, 1979 - Le Seuil, 2001)


Sur la Toile

Un entretien avec l'auteur (lire ses propos et entendre sa voix sur fnac.net)

Antunes évoque ce qui l'a poussé à écrire pour la revue Prétexte.

Un entretien (avec Catherine Argand dans Lire, novembre 1999)

Un autre entretien avec l’auteur

Une carricature de l'auteur par Vasco

- Antonio Lobo Antunes


- Cul de Judas (Le)
- Connaissance de l'enfer
- Connaissance de l'enfer
- Mémoire d'éléphant
- Mémoire d'éléphant
- Traité des passions de l'âme
- Traité des passions de l'âme
- Splendeur du Portugal (La)
- Splendeur du Portugal (La)
- Mort de Carlos Gardel (La)
- Mort de Carlos Gardel (La)
- Fado Alexandrino
- Farce des damnés (La)
- Farce des damnés (La)
- Retour des caravelles (Le)
- Explication des oiseaux
- Explication des oiseaux
- Exhortation aux crocodiles
- Exhortation aux crocodiles
- Manuel des inquisiteurs (Le)
- Ordre naturel des choses (L')
- Livre de chroniques
- N'entre pas si vite dans cette nuit noire
- Dormir accompagné
- Que ferai-je quand tout brûle ?
- Conversations avec Antonio Lobo-Antunes
- Livre des chroniques, tome 3
- Bonsoir les choses d'ici-bas

 
© BiblioMonde.com