BiblioMonde

Antoine Galland

Orientaliste (1646-1715), spécialiste manuscrits anciens, de langues orientales et de monnaies

Né vers 1646 à Rollot (Picardie, France) dans une famille de notables ruraux, Antoine Galland a aprris les langues ancienns (hébreu, grec, latin) au collège de Noyon. Il a poursuivi ses études à Paris, au Collège de France où il aborda les langues orientales et se perfectionna en grec ancien.

En 1670, le marquis de Nointel lui propose, quand il fut nommé ambassadeur à Constantinople en 1670, de l’accompagner en qualité de bibliothécaire et de secrétaire particulier. Il l’accompagna dans ses déplacements, entre 1670 et 1675, en Thrace, en Macédoine, en Roumélie orientale, en Asie mineure, dans les îles égéennes, en Ionie, en Syrie et en Palestine. Son journal, conservé à la Bibliothèque nationale de France, permet de le suivre en partie dans ses voyages, au cours desquels il fit l’acquisition de manuscrits anciens, de médailles et d’objets d’art. Lors de son séjour, Antoine Galland apprend la langue turque, le persan et l’arabe afin de pouvoir étudier les mœurs et coutumes anciennes des populations de l’Empire ottoman.

Il regagna la France en 1675, retourne deux fois en Orient. En 1679, son troisième voyage de dix-huit mois, est financé par la compagnie des Indes Orientales qui lui donne mission d’acquérir des livres et des objets d’art.

Il a été antiquaire du roi, académicien, lecteur au Collège royal. Il fut aussi receveur de la gabelle du sel. Mais, Antoine Galland est surtout connu pour sa traduction des Mille et Une Nuits , la première réalisé dans une langue européenne. Cette œuvre l'occupe de 1701, jusqu'à sa mort à Paris en 1715.


- Le voyage à Smyrne

 
© BiblioMonde.com