BiblioMonde

Alphonse Cillière

Diplomate français

Né en 1861, Alphonse Cillière était le fils d'Henri Cillière (1814-1891) et d'Ursule Boniface (1824-1881), mariés en 1845 et qui, outre Alphonse (1861-1946), resté célibataire, eurent une fille, Émilie (1851-1942), mariée à Louis Bruzy, arrière-grand-père du détenteur du manuscrit. Les Cillière, après avoir habité Sète jusqu'en 1864, s'installèrent à Montpellier. Cette famille appartenait à la bonne société héraultaise. « La famille de M. Cillière est d'une honorabilité parfaite, elle jouit de l'estime et de la considération publique », écrivait le préfet de l'Hérault au ministre des Affaires étrangères le 4 janvier 1885. Les Cillière pouvaient se permettre de solliciter le talent d'artistes bien en vue : c'est ainsi qu'Adolphe Monticelli (1824-1886), peintre provençal influencé par Delacroix et que Van Gogh considérait comme un maître, exécuta en 1855 les portraits d'Henri Cillière et de son épouse, portraits cédés en 1951 par la famille au prestigieux musée Fabre, à Montpellier.
Ayant obtenu son diplôme de bachelier ès lettres en juillet 1880 à Montpellier, Alphonse Cillière effectue ses études supérieures à Paris : diplômé de l'École des langues orientales vivantes (en turc, arabe et persan) en 1882, élève de l'École des sciences politiques pendant un an, mais aussi de l'École des hautes études, il obtient sa licence en droit en juillet 1883. Tiré au sort pour la conscription, il est réformé pour des problèmes de santé. Ces problèmes récurrents, attestés par des certificats médicaux, vont perturber son cursus universitaire et compliquer périodiquement, mais sans l'entraver, sa carrière diplomatique. Cillière est admis dans la carrière consulaire en janvier 1887.


- 1895, massacres d'Arméniens

 
© BiblioMonde.com