BiblioMonde

Ali Bourequat

Écrivain, ancien prisonnier politique marocain

Né en 1937, Ali Bourequat était un riche homme d'affaires, il venait d'une famille originaire de Turquie proche de la cour du Roi du Maroc Hassan II.

« J'ai été kidnappé avec mes deux frères au Maroc et séquestré pendant dix-huit ans sans droit ni titre, sans jugement et sans accusation. Nous avons été libérés après dix-huit ans et demi d'incarcération dans le camp de la mort de Tazmamart à la suite d'une pression directe du président américain sur le roi du Maroc et nous avons été rapatriés en France, trois jours après notre libération » Ali Bourequat

Après avoir reçu des menaces en France, à l’époque où Charles Pasqua était ministre de l’Intérieur, Ali Bourequat a obtenu l’asile politique aux États-Unis en 1995. Né en 1937, il vit aujourd'hui en exil au Texas.

Sur la Toile

Les trois frères Bourequat : 40 ans après

« Nous revenons pour rétablir la vérité » : Ali Bourequat, se dit disposé à livrer toutes les informations accumulées par lui et ses frères, durant leur vécu peu ordinaire. Propos recueillis par Taïeb Chadi (Maroc-Hebdo, mai 2002)

Mai 2002, Bayazid, Ali et Midhat Bourequat, anciens de Tazmamart, rentrent au Maroc
Qui a peur des Bourequat ? : Sur les règlements de comptes d’après l’indépendance, la répression terrible des années 60, les deux putschs manqués de 1971 et 1972, et bien d’autres événements, la mémoire des frères Bourequat est une véritable banque de données (par Abdellatif Mansour, Maroc-Hebdo, mai 2002).

Et si on reparlait d'Ali Bourequat... (fr.) : une revue de presse à propos de l’Affaire Bourequat.

Ali Bourequat Story : où l'on apprend comment un citoyen français a obtenu l'asile politique aux États-Unis en raison de sa dénonciation des trafics de drogue auxquels se livreraient de hauts responsables français et marocains, dont messieurs Pasqua et Hassan II.

Audition de M. Ali Bourequat par l'Assemblée générale de la Coordination radicale antiprohibitionniste (CORA) réunie à l'Assemblée nationale française, à propos du trafic des stupéfiants et au rôle de l'État dans ce trafic. Plusieurs hautes personnalités politiques françaises sont mise en cause (Réseau Voltaire, juin 1999).

Le témoignage des frères Bourequat au sujet de l'assassinat de Ben Barka (Réseau Voltaire juin 2000).

L'homme qui en savait trop : lettre ouverte à Ali Bourequat (Réseau Voltaire, juin 1996).

Déposition de J. Hémard , devenue ensuite madame Bourequat, lors de sa demande d’asile politique aux États-Unis. L'asile lui a été accordé par l'administration américaine en février 1996 (Réseau Voltaire, mars 1996).

Des réfugiés politiques français aux États-Unis par Java, L'Ornitho, juin 2001.

Dans BiblioMonde

Midhat René Bourequat (un de ses frères).


- Dix-huit ans de solitude, Tazmamart

 
© BiblioMonde.com