BiblioMonde

Alfred Muzzolini

Archéologue (1922-2003), spécialiste de l'art rupestre du Sahara

Né en 1922, à Magnano (Italie), Alfred Muzzolini a eu une double formation, littéraire (il était ancien séminariste) et scientifique (études de géologie à Nancy), et une carrière d’ingénieur diamantaire en Afrique, il prit sa retraite à Toulouse. Il y fonda les Éditions des Hespérides, spécialisées dans les livres d’archéologie, et devenues depuis les éditions Errance.

« Alfred Muzzolini commença dès 1960 à prospecter des stations rupestres, mais ne commença à publier lui-même que dans les années 1970, essentiellement sur la chronologie des figurations rupestres sahariennes, l’évolution des climats au Sahara et l’origine des animaux domestiques africains, bœuf et mouton. (...) Guidé par un sens critique aigu, il renouvela totalement l’approche jusqu’alors passablement brouillonne de nombre de ses prédécesseurs, dont certains ont parfois mal supporté la pertinence de ses remarques. S’élevant à juste titre contre les abus de l’école “anti-stylistique” qui prône l’abandon de tout recours à la notion de “style”, réputée imprécise et inutile en préhistoire, il a au contraire montré que cette notion pouvait être particulièrement productive, à condition de s’entendre sur la méthode et le vocabulaire utilisés. Il a de la sorte renouvelé les anciennes classifications des peintures du Tassili-n-Ajjer et de l’Akâkûs élaborées par Henri Lhote et Fabrizio Mori. Dans un premier temps, il eut beau jeu de “déconstruire” ces classifications pourtant classiques, car elles présentent nombre de faiblesses et d’incohérences. Puis, joignant l’étude de caractères stylistiques clairement définis (donc vérifiables) et de traits culturels précis (habillement, armement, etc.), il élabora une classification en divers styles ordonnés dans l’espace et dans le temps, et parvint à ancrer cet ordonnancement dans des fourchettes chronologiques approchées mais fiables, en les reliant au savoir archéologique le plus récent, du Sahel à l’ensemble de la Méditerranée. » (extrait d'un article de Jean-Loïc Lequellec, Mega-Tchad)

Président-fondateur de l’Association des Amis de l’Art Rupestre Saharien et premier rédacteur en chef, avec Giancarlo Negro, de la revue internationale Sahara, il a fortement contribué au développement d’une véritable science des figurations rupestres. Outre des dizaines d’articles, il laisse trois gros livres dont le dernier, Les images rupestres du Sahara (1995) reste un manuel indispensable à quiconque s’intéresse à l’histoire de l’art et à la préhistoire de l’Afrique.


- Les images rupestres du Sahara

 
© BiblioMonde.com