BiblioMonde

Alexandre Dubcek

Homme politique tchécoslovaque (1921-1992), l'un des grands acteurs du « Printemps de Prague » qui secoua le régime communiste. De janvier 1968 à avril 1969, il était le premier secrétaire du Parti communiste de son pays.

Alexandre Dubcek est né en 1921 à Uhrovec (Slovaquie centrale) dans la même maison où est né, en 1815, Ludovit Stur, le codificateur de la langue Slovaque. Il faillit naître américain. Ses parents avaient passé 4 ans aux États-Unis, à Chicago où était né son frère Julius. Alexandre Dubcek aurait pu aussi voir le jour en URSS où sa famille a séjourné de 1925 à 1938, en particulier à Frouzé (aujourd'hui Bichkek) au Kirghizistan. À son retour en Slovaquie, il apprend le métier de mécanicien. Pendant les années de guerre, il est ajusteur dans les usines Skoda à Dubnica (Slovaquie Centrale).

Alexandre Dubcek participe à la résistance et occupe à partir de 1945 des fonctions au sein du Parti communiste slovaque. De 1951 à 1954, il est député à l'Assemblée nationale et commence des études de droit à l'université Coménius à Bratislava. Il termine son cursus à Moscou en 1958. De 1960 à 1970, il est député de l'Assemblée fédérale tchécoslovaque.

En janvier 1968, il devient premier secrétaire du Comité Central du Parti Communiste Tchécoslovaque et se fait alors le promoteur d'un « communisme à visage humain ». Il est arrêté le 21 août 1968, lors de l'entrée des chars soviétiques à Prague. Il est emmené à Moscou, où il est contraint de signer les accords de « normalisation », puis de démissionner (17 avril 1969). Il est d'abord nommé ambassadeur en Turquie, puis refusant de faire son autocritique, il est exclu du Parti Communiste Tchécoslovaque (1970).

Son passeport lui est retiré, Alexandre Dubcek est employé à l'administration forestière de la Slovaquie occidentale. En 1982, il prend sa retraite. Interdit de toute activité politique, Alexandre Dubcek adresse à l'assemblée Fédérale Tchécoslovaque une lettre critique sur le régime totalitaire en Tchécoslovaquie. Cette lettre publiée dans la presse étrangère lui vaut une nouvelle campagne de dénigrement dans son pays.

En novembre 1989, il participe à une grande manifestation à Prague, ce qui lui vaut une brève arrestation. Le 28 décembre 1989, il est élu président de l'Assemblée fédérale tchécoslovaque, puis réélu en juin 1990. En mars 1992, Alexandre Dubcek adhère au Parti social-démocrate de Slovaquie dont il devient le président. En septembre 1992, il est victime d'un très grave accident de voiture sur la route de Bratislava à Prague. Le 7 novembre 1992, Alexandre Dubcek meurt des suites de cet accident.

Sur l'auteur

Dubcek, un homme pour toutes les saisons par William Shawcross


- C'est l'espoir qui meurt en dernier

 
© BiblioMonde.com