BiblioMonde

Adolf Loos

Architecte et théoricien autrichien (1870-1933)

Né en pays tchèque, Adolf Loos produit l’essentiel de son œuvre à Vienne où il fit scandale par ses positions radicales : le rejet de toute espèce d’art ornemental en architecture. Il s'attaque à l'architecture viennoise et aux idées de la Sécession (pendant viennois de l’Art nouveau). En 1910, Adolf Loos élève à Vienne, Michaelplatz, un immeuble correspondant à ses canons esthétiques : les fenêtres sont dépourvues d’encadrement comme de balcon. L’édifice sera surnommé la « maison sans sourcils ». Il édifie à Vienne plusieurs maisons dont le magasin Golman et Salatsch (1912), , la maison d'habillement Knize pour hommes, et les maisons Scheu et Moller. ainsi que le café Museum, sur la Karlplatz.

En 1926 à Paris, il construit pour le poète dada Tristan Tzara une maison (15 avenue Junot) qui résume sa démarche architecturale : l'essence de l'architecture moderne n'est pas dans la joliesse des éléments qui composent un bâtiment (il n'y a aucun ornement, aucune fantaisie), mais dans la beauté des formes pures, les rapports que les volumes entretiennent entre eux.

Sa dernière commande est la cité ouvrière de Babi, près de Nachod en Tchécoslovaquie. Adolf Loos meurt en 1933. Ses principes ont été repris par tous les mouvements de l’architecture du XXe siècle à commencer par le Bauhaus, que pourtant lui-même avait critiqué.


« La maison doit plaire à tout le monde. C'est ce qui la distingue de l'œuvre d'art, qui n'est obligée de plaire à personne. L'œuvre d'art est l'affaire privée de l'artiste. La maison n'est pas une affaire privée. L'œuvre d'art est mise au monde sans que personne en sente le besoin. La maison répond à un besoin. L'artiste n'est responsable envers personne. L'architecte est responsable envers tout le monde. L'œuvre d'art arrache les hommes à leur commodité. La maison ne sert qu'à la commodité. L'œuvre d'art est par essence révolutionnaire, la maison est conservatrice. L'œuvre d'art pense à l'avenir, la maison au présent. Nous aimons tous notre commodité. Nous détestons celui qui nous arrache à notre commodité et vient troubler notre bien-être. C'est pourquoi nous aimons la maison et détestons l'art. Mais alors, la maison ne serait pas une œuvre d'art ? L'architecture ne serait pas un art ? Oui, c'est ainsi. Il n'y a qu'une faible partie du travail de l'architecte qui soit du domaine des Beaux-Arts : le tombeau et le monument commémoratif. Tout le reste, tout ce qui est utile, tout ce qui répond à un besoin, doit être retranché de l'art » (Adolf Loos)

Des ouvrages sur l'auteur

Adolf Loos

Adolf Loos (1903-1932)


- Ornement et crime et autres textes
- Paroles dans le vide - Malgré tout

 
© BiblioMonde.com