BiblioMonde

Yi Munyol

L’un des grands écrivains sud-coréens d’aujourd’hui

Yi Munyol (son prénom, Munyol, peut aussi être transcrit Munyoÿl ou Mun-yol) est né en 1948, l’année de la partition de son pays.

« Trois ans plus tard, son père choisit le camp communiste et refait sa vie au nord. Mère et fils végètent dans une misère noire. Considéré comme "fils de traître", Yi Munyol subit l'ostracisme de ses compatriotes. Autodidacte, il se réfugie dans les livres, réussit le prestigieux concours d'entrée à l'université nationale de Séoul, puis commence à écrire. Son œuvre est dominée par une réflexion sur la liberté, politique et surtout métaphysique. » (Alexie Lorca, Lire, décembre 1998)

Son œuvre romanesque est très marquée par la guerre et les dictatures qui ont façonné la Corée du Sud. Fin observateur des mœurs de ses contemporains, il a toujours défendu les libertés. Yi Munyol a enseigné la langue et la littérature coréenne à l'université de Sejong. Il est considéré comme le chef de file actuel de la littérature de son pays.

« Yi Munyol est un auteur tout à fait contemporain dont la popularité en Corée témoigne d'un renouvellement de la création littéraire. Pour Ch'oe Yun, "cet auteur me paraît pouvoir être aussi convaincant en français qu'en coréen. Il est en effet fondamentalement coréen par son style, sa mentalité mais sans exotisme". Yi Munyol est représentatif de ces écrivains qui sont à la fois profondément ancrés dans une culture et reflètent la sensibilité de leur époque tout en ayant une résonance qui les dépasse. » (extrait d’un article de Philippe Pons, Le Monde, 16 Novembre 1990)


Sur la Toile

Un entretien avec l'écrivain sud-coréen Yi Munyol : En Corée, la relation politique entre les individus est encore parentale (L’Humanité, 15 octobre 1998)


- Pour l'empereur !
- Poète (Le)
- Fils de l'homme (Le)
- Notre héros défiguré
- Chant sous une forteresse
- Oiseaux aux ailes d'or (L')

 
© BiblioMonde.com