BiblioMonde

Bang Hai Ja

Peintre et calligraphe

Née en 1937 en Corée, Madame Bang (prénomée Hai Ja) a pendant un temps hésité entre la littérature française et les Beaux-Arts. Poussée par le peintre Kim Chang-Ok, Bang Hai Ja choisit finalement d’intégrer la Faculté des beaux-arts de l’université nationale de Séoul. À l’âge de vingt-quatre ans, après avoir vendu quelques-unes de ses premières toiles, elle s’installe à Paris, lieu où la création est alors plus libre. En France, elle s’initie aux techniques occidentales : peinture à l’huile, fresque, gravure, icône, vitrail. Très sensible à ses origines, elle allie les matériaux orientaux (papier coréen, papier mâché, encre de Chine) à ceux d’Occident tels que l’ocre du Roussillon. Sa vision du cosmos est mise en valeur par la lumière qui s’épanouit sous le papier froissé ou encore par sa calligraphie illisible qui sous-tend ses œuvres. Attentive à la vie qui l’entoure, Bang Hai Ja crée de nombreux tableaux évoquant l’essence même des éléments : le souffle de la mer, le voyage des étoiles, les courants de lumière, le cœur du rocher…

Artiste de renommée internationale, Bang Hai Ja expose depuis plus de quarante ans, en Corée, en France, au Canada, aux États-Unis, en Allemagne. Elle a publié une monographie aux Éditions du Cercle d’Art (1997) et ses lavis ont illustré Au chant des transparences, de Roselyne Sibille et Une joie secrète, de Charles Juliet, parus aux Éditions Voix d’encre en 2001 et 2002.


- Mille Monts de la lune : Poèmes de Corée

 
© BiblioMonde.com